Recherchez dans les actualités

​Amiens : laboratoire d’idées innovantes pour ce premier start-up week-end

Autres innovations
05/02/2016

Un start-up week-end se présente sous la forme d'un hackathon orienté vers la création de start-up. A Amiens, du 29 au 31 janvier, le premier start-up week-end picard était organisé par la Tech Amienoise, avec l'aide d'ENGIE, Orange et La Poste.

Xavier Pruvot, délégué régional ENGIE Picardie et membre fondateur de la Tech Amienoise faisait partie du jury lors de ce week-end pas comme les autres et nous raconte ses impressions.

Premier point de satisfaction pour la Tech Amienoise : le nombre de participants. "Pour une toute première édition nous espérions une soixantaine de personnes, or nous en avons eu 93 !" C'est déjà une belle réussite, avec des participants venus de toute la France - et même de Bretagne alors que Brest organisait aux mêmes dates son propre start-up week-end !

Parmi eux, une dizaine d'étudiants, mais essentiellement de jeunes adultes, voire de moins jeunes adultes, puisque certains de ces entrepreneurs en herbe frisaient la cinquantaine...

Notons également un vrai engouement, et un engagement des médias tout comme des élus autour de ce week-end. Le Courrier Picard a consacré une demi-douzaine d'articles à l’événement, et lors des pitchs, l’amphithéâtre de 250 places était bondé. Les élus locaux ont eux aussi répondu présent, comme, par exemple, Barbara Pompili députée de la Somme ou Alain Gest, Président d'Amiens Métropole et Député de la Somme.

Le week-end a commencé dès le vendredi soir : les 34 porteurs de projets avaient 1 mn pour présenter leur projet, convaincre l'auditoire et recruter des équipes. A l'issue de ces pitchs, 14 projets ont été retenus, avec des idées aussi diverses qu'étonnantes... Pour avoir une idée de la diversité des projets présentés, vous pouvez les visualiser sur cette page.

Après 48 h de développements fiévreux, de montages de business plan, de prototypages ou de mentoring, voilà venue l'heure des pitchs finaux : 5 mn pour convaincre le jury qui devait désigner trois lauréats.

Le gagnant du start-up week end est Alvéolait, un objet connecté original qui permet de mesurer le volume de lait ingéré par un bébé au sein. Les deux autres lauréats : eaPsy, une plateforme de mise en relation avec des psychologues et Bump, le Tinder des objets trouvés.

Parmi les éléments qui ont particulièrement frappé Xavier au cours de ce week-end, citons tout d'abord la super ambiance ! Tout le monde était "à fond"... Par exemple, plus de 4000 tweets avec le #swamiens témoignent du dynamisme et de l'énergie des participants.

La réussite de week-end aura aussi des répercutions à plusieurs niveaux : c'est pour la Tech Amienoise un signal fort pour marquer son ambition d'être prochainement labellisée French Tech. De son côté, Amiens Métropole a lancé un cluster numérique (dont ENGIE fait partie) avec l'objectif de créer une "cantine numérique" qui regrouperait incubateur, accélérateur et fablab, sur le modèle d'Atlantic2.0 à Nantes.

Pour ENGIE, dont 500 collaborateurs travaillent dans la région d'Amiens c'est aussi un moyen de conforter son statut d'acteur du numérique et de la révolution digitale. ENGIE accompagne déjà la métropole Amienoise dans sa politique de digitalisation et ses problématiques "smart city".

Signalons enfin que le succès de ce week-end va permettre à d'autres villes de se lancer dans l'aventure. C'est ainsi que Soissons va organiser prochainement un hackathon sur la ville de demain. Et bien sûr, Amiens envisage d'ores et déjà une deuxième édition du start-up week-end en 2017 !

Pour terminer, Xavier cite sa collaboratrice Loane Borgne, qui participait au week end et dont le projet SaveMe est arrivé en finale. Il s'agit d'une sorte de boîte noire, installable sur n'importe quelle voiture, et qui serait capable d'appeler les secours en cas d'accident. Si le projet de Loane n'a pas gagné, la visibilité donnée par le week end, le travail de préparation ainsi que les conseils des mentors lui permettent d'envisager de poursuivre et de faire évoluer son idée. A suivre !

Le start-up Wek-end comme si vous y étiez :



Source : Christine Leroy