Recherchez dans les actualités

CES 2018 : Security Scorecard, un réseau de confiance

Autres innovations
20/12/2017

Security Scorecard est une entreprise qui travaille sur l'analyse du cyber risque. Basée à New York, elle accompagnera AXA au CES 2018 sur le stand ENGIE & Partners. Son Vice-Président Marketing, Jason Thompson, nous présente la société et les services qu'elle propose.

Q : Jason, que diriez-vous de Security Scorecard en quelques mots ?

Nos services permettent aux sociétés de suivre leurs clients, revendeurs ou partenaires en temps réel pour détecter d'éventuels problèmes de sécurité – avant de signer un contrat, par exemple. Nos clients principaux sont de grosses entreprises dans des domaines très différents : des marques internationales comme Pepsi-Cola ou McDonald's, mais également des banques, de grands hôpitaux, et bien d'autres.

Q : Et quels sont les aspects particulièrement innovants de votre service ?

Je soulignerais trois éléments différenciants. D'abord, les données que nous fournissons, malgré leur volume, sont présentées d'une manière exceptionnellement compréhensible. Ensuite, ces données sont absolument fiables. Et finalement, et c'est peut-être le plus important, nos analyses permettent d'agir concrètement. Autrement dit, nous ne nous contentons pas d'indiquer un type et un niveau de risque, nous conseillons également à nos clients des actions pour remédier à la situation.

Q : Parlez-nous de votre histoire avec ENGIE.

C'est assez simple : AXA, en tant que compagnie d'assurances, s'intéresse de près à la détection des risques de sécurité, et par conséquent, est devenu l'un de nos investisseurs... et AXA fait partie des partenaires d'ENGIE, et nous a donc invités au CES.

Q : Qu'allez-vous montrer au CES ?

Nous allons présenter notre plateforme en fonctionnement, ainsi que le site web de Lifelock, un de nos clients. C'est une société de prévention de vol d'identité, qui a beaucoup bénéficié du fait que ses services sont vérifiés par Security Scorecard.

Q : Qu'attendez-vous de votre participation au CES avec ENGIE ?

Deux choses. Bien sûr, une exposition au marché ; mais surtout, l'occasion d'éduquer le consommateur. Beaucoup de gens ne comprennent pas les éventuelles implications de sécurité lorsqu'ils font confiance à une organisation, par exemple en donnant les détails de leur carte de crédit. Au début, notre premier défi a été de convaincre le marché de la validité de notre démarche. Il existait une sorte de résistance instinctive à l'idée de consulter un tiers pour obtenir des informations sur la sécurité. Mais le classement de cyber vulnérabilité commence maintenant à faire partie du paysage.

Q : Pour vous, quelle est l'innovation la plus marquante ?

L'électricité. La prochaine grande étape technologique sera sans doute l'intelligence artificielle, qui va changer la société... Mais si on regarde en arrière, le premier pas a été le courant électrique. Sans électricité, aucun des éléments qui feront probablement partie de l'avenir de l'humanité ne serait possible.

Q : Et une innovation marquante pour Security Scorecard ?

Le cloud, qui a rendu accessible une puissance de calcul et une capacité de stockage incroyables à des organisations de toutes sortes. Le cloud permet à toutes les entreprises travaillant dans le Big Data de faire ce qu'elles font à un prix accessible. Sans le cloud, nous ne pourrions pas faire notre métier.

Q : Pour terminer, y a-t-il quelque chose que vous aimeriez ajouter ?

Oui. J'aimerais insister sur l'importance de l'effet réseau lorsqu'on veut accroître le niveau de sécurité d'un écosystème. Si une société avec 4 000 clients propose un service cyber sécurisé, cela crée un précédent formidable : ces 4 000 clients vont s'attendre aux mêmes garanties de la part de leurs autres fournisseurs, et vont se rendre compte qu'on attend d'eux le même niveau de sécurité. En fait, tout l'écosystème se base sur la confiance : notre tâche, c'est de rendre cette confiance concrète... et quantifiable !

Source : Martyn Crossland