Recherchez dans les actualités

CES 2019 : Avec ENGIE M2M, la connectivité devient globale

Autres innovations
04/12/2018

ENGIE M2M, l'opérateur exclusif en Belgique du réseau Sigfox, sera sur le stand ENGIE au CES en janvier prochain. Maarten Van Aerde, leur Responsable Grands Comptes, nous présente la société et nous raconte tout ce qu'il faut savoir sur le réseau Sigfox. 


Q: - Bonjour Maarten. Que faut-il savoir sur ENGIE M2M et Sigfox?

Sigfox, une société française, a déployé un réseau IoT basé sur une technologie brevetée qui permet la communication bidirectionnelle économique à grande distance, avec une consommation minimale d'énergie, en exploitant la bande libre des 868 MHz. Tous les opérateurs européens utilisent la même technologie, ce qui veut dire qu'il n'y a pas besoin de roaming, le système par lequel votre téléphone mobile passe de votre opérateur habituel à un autre lorsque vous franchissez une frontière : vous gardez le même opérateur partout, ce qui permet des économies énormes et une simplicité accrue.

En 2014, ENGIE explorait les possibilités commerciales offertes par les objets connectés et le big data, et a choisi d'investir dans le réseau Sigfox et de lancer ENGIE M2M comme opérateur en Belgique. Aujourd'hui, le service peut desservir plus d'un milliard de personnes, à travers 56 pays. L'objectif à terme, c'est une connectivité globale : pour atteindre cette couverture, Sigfox prépare le prochain lancement de deux satellites.


Q: - Quelles sont les possibilités offertes par ce système, et quelle est la situation en Belgique ?

Il existe un nombre infini de possibilités ! Des capteurs peuvent communiquer, à distance et en temps réel, la qualité de l'air dans votre salle de conférence, votre consommation de gaz ou d'électricité, les emplacements de parking libres, le niveau de liquide dans un réservoir... ce que vous voulez.

En Belgique, il existe un grand nombre d'objets connectés. Pour l'heure, nous travaillons principalement avec des projets B2B, qui génèrent déjà presqu'un million de messages chaque jour. Un exemple ? Un projet en cours pour l'installation de 200 000 compteurs d'eau intelligents.


Q: - Que diriez-vous de l'innovation chez ENGIE?

Tout d'abord, que le niveau d'innovation se révèle étonnamment élevé pour une société aussi ancienne ! Les "quatre D" d'ENGIE (digitalisation, décentralisation, décarbonisation et diminution de la consommation d'énergie) induisent un mouvement vers des solutions globales qui vont changer le monde. Big data et IoT appartiennent à la "digitalisation", bien sûr ; et Sigfox en fait partie.


Q: - Que représente pour vous le fait de participer au CES?

Pour moi personnellement, c'est un rêve qui se réalise. J'ai toujours eu un côté "Mr Gadget", et l'innovation m'a toujours fasciné. Ce sera donc une expérience merveilleuse d'être non seulement présent au CES, mais présent sous l'enseigne corporative d'ENGIE, en tant qu'ambassadeur de la numérisation et de la connectivité en Europe.


Q: - Qu'allez-vous exposer et pourquoi ?

Nous allons nous concentrer sur les objets connectés interactifs : des compteurs intelligents, des systèmes de suivi/repérage, des capteurs de température. Du tangible, qui permet aux visiteurs d'appuyer sur un bouton et de voir ce qui se passe.


Q: - Quelle serait pour vous la "rencontre magique" au CES?

Deux perspectives : de grands clients européens pour le marché de Sigfox ; et des contacts pour faire des essais à l'échelle globale.


Q. – Et comment voyez-vous la connectivité en 2030 ?

Elle sera partout ! La seule limite sera l'inventivité. On peut imaginer, par exemple, des habits qui nous diront : "Dis-donc, tu as pris du poids. C'est le moment d'aller faire du sport !" Nous avons déjà dans notre écosystème un assureur qui suit les clients avec Sigfox afin de récompenser des comportements positifs – respecter la limite de vitesse, par exemple. Actuellement, nous travaillons sur des bagages connectés ; et que diriez-vous de l'IoT jetable ? On peut imaginer un colis avec une étiquette connectée qui effectue le suivi/repérage, vérifie la température, etc... et à l'arrivée le destinataire déballe le colis et jette l'étiquette. J'en rêve déjà !

Source : Martyn Crossland