Recherchez dans les actualités

CES 2019 : UnaBiz, La révolution de l'internet des objets est en marche

Autres innovations
12/12/2018

UnaBiz est une start-up créée en 2016 par Henri Bong et Philippe Chiu, installés en Asie depuis plus de 15 ans, dans le but de développer massivement l’usage de l’Internet des Objets pour connecter le monde d’une manière durable et inclusive. UnaBiz sera présent sur le stand ENGIE & Partners au CES 2019, et nous leur avons demandé de nous expliquer ce qu’ils font.



Le modèle commercial d’UnaBiz repose sur 3 grands axes : 

Le déploiement de réseaux IoT basés sur la technologie Sigfox.  UnaBiz a déployé en l’espace d’un an à Singapour et à Taïwan un réseau de télécommunication dédié aux objets connectés basé sur la technologie Sigfox. Les réseaux Sigfox sont en effet  déployés localement par des opérateurs locaux, comme UnaBiz, ou M2M (qui sera également présent sur le stand ENGIE & Partners) pour la Belgique. Les abonnements sur ce réseau couvrent plus de 60 pays dans le monde. 

Le développement de solutions et notamment de capteurs. Pour collecter les données de millions de capteurs et les mettre à la disposition des clients sur le cloud, il faut être low cost de bout en bout

Lui-même ancien collaborateur de Sigfox, Henri Bong s’est appuyé sur cette technologie qui permet de connecter des objets à très bas coût, avec le but de développer les capteurs bon marché qui permettent un déploiement massif de l’IoT. Il s’est installé à Singapour, modèle de la smart city et vitrine technologique, et à Taïwan, pour bénéficier de l’écosystème taïwanais qui fabrique aujourd’hui tous les téléphones et ordinateurs portables. 

Les 2 premières années d’UnaBiz ont permis de produire les capteurs de base les plus demandés : température, mouvement, traqueur GPS… Ces capteurs sont vendus moins de 10 $  ce qui permet de débloquer toute une série d’usages.  

L’expertise IoT :  l’entreprise met également à profit son expertise pour proposer des prestations de conseil et d’intégration de solutions complexes auprès de clients B2B qui souhaitent optimiser leurs processus industriels grâce aux objets connectés.

Avec la signature de contrats sur ces 3 axes, l’histoire d’UnaBiz a séduit suffisamment d’investisseurs pour lui permettre de  boucler une 1ère levée de fonds de 10 millions de $ en août 2018.  

 

Parlez-moi de l’histoire d’UnaBiz avec ENGIE

Lors de la création d’UnaBiz en 2016, les investisseurs initiaux étaient ENGIE et Sigfox. ENGIE a donc été là dès le début de l’aventure ! Lors de la levée de fonds en août 2018, ENGIE a confirmé son intérêt pour UnaBiz en investissant à nouveau. 

Localement, UnaBiz a travaillé étroitement avec les équipes d’ENGIE, notamment ENGIE Services Asia, très bien implanté dans le secteur des hôpitaux à Singapour. 

 

Qu’allez-vous montrer au CES ? 

Le but est de montrer comment la collaboration entre ENGIE, le CNRS et UnaBiz est mise à profit pour aider les personnes âgées, ayant de très faibles moyens, à vivre le plus longtemps possible dans leur logement grâce à un système de capteurs qui monitore de façon non intrusive leur activité et qui prévient les aidants dès qu'une anomalie est détectée. Ceci est rendu possible grâce à nos capteurs connectés. 

Nous proposons à nos visiteurs d’en faire l’expérience en temps réel en les invitant sur notre stand dans lequel se trouvera un fauteuil équipé d'un capteur permettant de mesurer le rythme cardiaque et la tension rien qu'en s'asseyant sur le siège. 

 Ce projet est important pour UnaBiz, car dans la culture asiatique, il est important de s’occuper des anciens

 

Que représente le CES pour UnaBiz ?

Le CES marquera pour UnaBiz deux évolutions, hors de ses frontières géographiques initiales et hors de la perception B2B de son activité. Et bien entendu, le CES est un lieu riche d’opportunités business !

UnaBiz est un acteur B2B qui propose des solutions très concrètes de maintenance prédictive ou d’analyse de data de clients industriels. Mais nous voulons montrer au CES des applications très concrètes et économiquement accessibles au consommateur final, avec l’exemple du maintien à domicile de personnes âgées qui sera présenté.

 

Comment imaginez-vous la connectivité en 2030 ?

En 2030, l’Internet des Objets fera partie intégrante de nos vies ; il sera invisible et pourtant omniprésent autour de nous ! Il sera gratuit, voire nous rapportera des revenus passifs grâce aux données collectées. Il n'aura plus besoin de batterie et ira chercher l'énergie nécessaire dans son propre environnement.

Son impact sera bien plus important que celui d’Internet ces 15 dernières années. Si l'internet que nous connaissons est une sorte de bibliothèque mondiale et connectée regroupant l’ensemble des connaissances et des productions humaines, l’IoT ira encore plus loin. Ce sera un réseau d'objets collectant directement de notre environnement une infinité d’informations que nous apprendrons à exploiter. Couplées à de l’analytique et de l’intelligence artificielle, ces données permettront de mieux comprendre notre entourage personnel ou professionnel, afin de prendre de meilleures décisions plus rapidement. Je suis convaincu que 90% des applications n’existent pas encore. La révolution IoT est devant nous !

Source : Christine Leroy