Recherchez dans les actualités

​ENGIE et le réseau Women In Network partenaires du Hackathon GEF Start-up

Autres innovations
02/12/2015

Vendredi 27 novembre à l'Ecole 42, elles étaient 73 porteuses de projet, au premier soir de ce hackathon réservé aux femmes, organisé par GEF (Grandes Ecoles au Féminin) et soutenu par ENGIE et OpenInnov by ENGIE, la plateforme d’open innovation du Groupe.

Parmi ces femmes entrepreneuses, Marie-Solesmes Jagot représentait le Groupe ENGIE. A l'issue du premier round, son projet était classé 2ème !

Marie-Solesmes répond à nos questions dans cet article pour nous raconter "son" hackathon et nous parler de son projet.

Comment avez-vous eu connaissance de ce hackathon ?

C'est grâce à la veille que je fais au quotidien sur le sujet de entrepreneuriat au féminin que j’ai découvert ce week-end organisé par GEF. Les sujets de entrepreneuriat social et de l'innovation sont importants pour moi, de même que les nouvelles technologies.
Je me suis tout d'abord inscrite au Start Up WE en tant que « Partenaire », pour apporter mon expertise et mon expérience aux projets d'autres femmes.

Lorsque j’ai découvert qu'ENGIE était partenaire de l'opération, j’ai été encouragée par le Groupe à proposer mon projet entrepreneuriat. Il n'était pas encore au niveau de maturité idéal, mais j’ai décidé de me lancer, de me jeter à l'eau « dans le grand bain sans bouée".

Parlez nous de votre projet

Je suis partie du constat qu'aujourd’hui la Société comme la Planète sont en pleine mutation et qu’il faut inventer dés à présent le travail et le monde de demain. Le rapport à l’Entreprise est modifié, surtout pour les générations Y et Z, et s’accompagne d’un besoin de solidarité et de sens.

Ma solution propose une collaboration entre 3 parties prenantes : le salarié, l’entreprise et une association reconnue d’utilité publique. Elle permet à l’Entreprise de redynamiser le lien qui l’unit au salarié, au salarié de développer une nouvelle dimension professionnelle en mettant ses compétences à la disposition d’une association, et à son retour de réinjecter dans l’entreprise tout ce qu’il y aura gagné : motivation, nouvelle approche business etc...

C’est donc un projet orienté vers la valorisation des « ressources humaines » et sur la « responsabilité sociétale » de l’entreprise, qui offre un moyen efficace de lutter contre les problématiques actuelles de burn-out et de bore-out tout en nourrissant sa GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences).

Que vous a apporté ce week-end de hackathon ?

C'est un challenge hyper motivant et un vrai défi personnel et professionnel, surtout vu le manque de maturité de mon projet. C’est important de sortir de ses zones de confort et de tenter des expériences inhabituelles quand on est dans la vie professionnelle depuis un certain temps. Cela permet de se confronter à d’autres enjeux et de constater comment « penser et agir » différemment.

C’est source d’innovation et de richesse. Je pense que si mon projet avait été plus mature, j'aurais pu encore mieux profiter de ce week-end mais les résultats sont néanmoins extrêmement encourageants.

J'ai aussi rencontré des femmes venues d'horizons très différents. Les projets présentés étaient eux aussi hétéroclites, mais tous très intéressants.
Les échanges avec les différents intervenants partenaires, tous bénévoles sur leur temps personnel, ont été vraiment enrichissants, ainsi qu’avec les porteuses de projets, les business angels, les coachs...

Ce week-end a aussi été l'occasion de découvrir un lieu unique, l'Ecole 42. Cette école - créée notamment par Xavier Niel, le fondateur de Free - est basée sur la capacité à innover, à voir et penser différemment. L’ambiance est très particulière, l'environnement intéressant : les savoir-être et savoir-faire sont plus importants que le diplôme. Ce qui compte c’est d’oser plus que de gagner car faire c’est déjà réussir. Ca fait bouger les lignes.

Après le week-end, surtout de l'espoir !

Ce week-end incarne beaucoup d’espoir avec notamment l’implication du Groupe ENGIE qui est un signal fort envoyé aux femmes du Groupe et plus particulièrement au réseau des femmes chez ENGIE (WIN : Wooman In Network).

A titre personnel, voir mon projet se classer deuxième à l'issue du premier round (1 slide, 1 minute de présentation) est une belle récompense. J’ai découvert par ailleurs que mon projet intéressait suffisamment pour bénéficier d'un financement et recueillait l'adhésion. Un étudiant de l'Ecole 42 a ainsi rejoint l’équipe, et des responsables d'associations, comme l'UNICEF, ont manifesté leur intérêt pour cette nouvelle approche de mécénat d’entreprise. C’est très encourageant !

Quels que soient les résultats mercredi soir, c'est déjà une grande victoire pour moi d’avoir été sélectionnée. J'espère qu’ENGIE sera convaincu et souhaitera tenter l'aventure.

Les résultats du 2ème round seront annoncés mercredi 2 décembre. Sur les 20 projets encore en lice, 4 seront sélectionnés, dans les catégories « Climat », « Innovation », « Audace ou Inclusion dans la Diversité », catégorie dans laquelle le projet de Marie-Solesmes est en compétition.