Recherchez dans les actualités

Les Imaginative Builders d'ENGIE en Afrique du Sud

Autres innovations
04/06/2018

En Afrique du Sud, l'équipe ENGIE s'est inspirée du concept «Imaginative Builders» pour lancer des ateliers internes afin de permettre aux collaborateurs de travailler sur ce qu'ils peuvent apporter à un monde en mutation. Pour les sortir de leur zone de confort, les employés se sont rendus à Johannesburg pour faire l'expérience de la vie de communautés défavorisées. Ils ont également visité des entreprises innovantes de la région qui travaillent avec la communauté pour réduire la criminalité et transformer les bidonvilles historiques en un lieu qui accueille l'innovation, la créativité et le développement économique durable.

Annie van Greuning et Seshni Pillay, d'ENGIE Afrique du Sud, nous parlent de cette série d'événements.


Un atelier interne pour ré-imaginer, ré-inventer, ré-innover

C'est par un atelier interne qu'a débuté la Semaine de l'Innovation ENGIE en Afrique du Sud. Au cours de cet atelier, nous pouvions réfléchir à la façon dont nous nous présentons au monde, quels sont nos croyances et nos peurs et ce qui motive notre comportement. C'était une façon de comprendre que l'innovation vient de la collaboration, de la confiance et de l'absence de jugement et exige que les gens sortent de leur zone de confort, ce que nous avons fait ensuite.


Sortir de notre zone de confort

Après l'atelier, nous avons participé à un voyage à Ponte City dans l'ancien quartier des affaires de Johannesburg. Ponte City, le plus haut bâtiment résidentiel d'Afrique du Sud, a été le summum de l'opulence à l'époque de l'apartheid avec 54 étages comprenant des appartements de trois étages, des saunas et des jacuzzis construits pour l'élite blanche.

Le quartier autour de Ponte était une zone exclusivement réservée aux Blancs, mais fut ensuite étiqueté «zone grise» c'est à dire un quartier où les noirs et les blancs pouvaient se mélanger. Il a ensuite traversé une période de dégradations lorsque le gouvernement a tenté d'arrêter la fraternisation des différentes races à Johannesburg en coupant les services d'électricité et d'eau. En conséquence, les appartements on été abandonnés, la propriété s'est dévaluée au fil du temps et s'est transformée en une zone de bidonvilles surpeuplée par des immigrants, avec de gros problèmes de gangstérisme et de drogue. À cette époque, le coeur du bâtiment abritait un tas d'ordures qui s'élevait sur 14 étages.