Recherchez dans les actualités

Béatrice Foucher : « Pour Renault, l’innovation c’est, tout simplement, apporter de meilleures réponses à des besoins clients »

Bâtiments connectés
04/03/2015

Trouver des solutions innovantes en matière d’efficacité énergétique et environnementale, c’est l’objet du partenariat initié par GDF SUEZ et Renault depuis 2002. Le véhicule électrique est, par nature, au cœur de la stratégie de l’innovation de Renault. Comparant le programme véhicules électriques à une sorte de « startup » se confrontant à des problèmatiques différentes à l’intérieur du groupe automobile, Béatrice Foucher, Directrice du programme véhicules électriques, souligne l’impact de l’innovation sur la mobilité.

Quelle est la définition de l’innovation pour Renault ?

Béatrice Foucher : L’innovation, ce n’est pas forcément une course à la technologie. Cette conception est la marque de fabrique de Renault. Pour nous, innover, c’est savoir mieux répondre aux attentes des clients, avec des propositions en ruptures mais compatibles avec leur budget. Ces solutions peuvent être différentes selon le contexte, qu’il soit européen, brésilien, chinois… . Les trois champs d’innovation chez Renault sont : la réduction de l’impact environnemental de l’automobile, l’innovation accessible pour tous et le confort de mobilité.

Comment l’innovation bouleverse-t-elle les métiers de Renault ?

Béatrice Foucher : Renault vend aujourd’hui plus de 2,7 millions de voitures. Seuls 18 000 de ces véhicules sont électriques en 2014. Si ce nombre est encore faible, il est important pour nous. En effet, au-delà d’une révolution sociétale, le programme des véhicules électriques chez Renault peut être vu comme une sorte de « start-up » à l’intérieur d’une grosse entreprise. Ce programme nous impose de réfléchir autrement, d’inventer de nouvelles relations aux clients, particuliers ou flottes. Pour nous, le grand enjeu de demain est l’impact environnemental global et la gestion énergétique. C‘est pourquoi, nous travaillons de concert avec GDF SUEZ. Nos objectifs sont de réduire la consommation, améliorer le coût d’achat et celui de revente, travailler sur l’environnement et la santé et, enfin, accompagner le recyclage des véhicules en fin de vie. Nous travaillons aussi sur des solutions de chargeurs universels et de batteries permettant d’augmenter l’autonomie et moins chères.

Comment l’innovation transforme-t-elle le quotidien du secteur de la mobilité automobile?

Béatrice Foucher : On constate aujourd’hui que le pouvoir d’achat des jeunes a baissé en raison de l’augmentation de la part de l’habitat dans leur budget. –Ainsi certains objets couteux sont devenus incontournables (téléphonie) alors que la voiture est devenue optionnelle. Cette tendance favorise ainsi l’apparition de services nouveaux tels que l’autopartage avec entre autres, Autolib’ à Paris et ses petits frères à Lyon et Bordeaux.. Ce système innovant, est aujourd’hui principalement mis en œuvre avec des véhicules électriques (les voitures se rechargeant quand elles sont inutilisées donc c’est sans contrainte pour l’utilisateur). La présence visuelle de véhicules électriques renforce la conscience collective quant au fait qu’il faut faire davantage attention à l’environnement et à la santé. Dans ce contexte de transition énergétique, Renault a besoin du savoir-faire et de la vison de GDF SUEZ.

© Renault Marketing 3D−Commerce

Source : Juliette Le Reste