Recherchez dans les actualités

CES 2019 : ELHOM® Solution sur le stand ENGIE & Partners

Bâtiments connectés
18/12/2018

Recueillir, transmettre, simplifier : le projet ELHOM® Solution développé par une filiale d’ENGIE Ineo, (Ineo Dexip) permet aux techniciens de terrain de disposer de l’information technique nécessaire au bon moment et de gérer celle-ci au fil de l’eau.

Yves Mahé, fondateur de Dexip en 2006, nous parle de cette solution qui sera accueillie sur le stand ENGIE & Partners au CES 2019.



Comment et pourquoi la solution Elhom a-t-elle été développée ?

Depuis la création de Dexip en 2006, nous proposons de la gestion d’informations techniques (asset information management). Nous ne sommes ni éditeurs de logiciel ni constructeurs de matériel high tech, nous vendons du service. En 2012 nous avons développé une interface collaborative, qui permet d’échanger de la donnée entre des personnes sur le terrain et le back office.

Le lancement d’ELHOM® Solution a aussi correspondu à l’avènement de nouveaux outils digitaux comme les tablettes ou les smartphone. ELHOM® Solution est pour nous un des éléments d’une offre globale de gestion de la donnée

Citons par exemple le cas de Storengy : nous les avons accompagnés dans le projet de transformation numérique de leurs équipes terrain, en équipant 400 personnes d’une tablette grâce à laquelle ils pourront accéder à l’information technique dont ils ont besoin au quotidien avec l’apps ELHOM® Solution. Storengy ne s’occupe plus en interne de la gestion des données d’ouvrages mais nous délègue cette prestation et nous maintenons ces données en mode SAAS avec un hébergement dans le Cloud.

L’apps ELHOM® Solution intègre une technologie compatible avec les environnements Androïd, Windows, et Apple. De plus, avec l’aide de partenaires comme la société TFTLabs, nous avons fait le choix d’être interopérable avec toutes les sources de données 2D/3D/SIG de nos clients, et ce de façon totalement indépendante des grands éditeurs de CAD software, et donc sans licence. C’est un élément de différenciation qui sera sans doute majeur dans notre capacité à convaincre. 


Pour l’instant comment récupérez-vous la donnée ? 

Quand l’opérateur est sur le terrain, il doit avoir un nombre d’informations à saisir le plus limité possible: photos, formulaire, commentaire… Toute cette information, mise à jour en temps réel, est la source de données essentielle, pour qu’en back office Ineo Dexip puisse la traiter, et maintenir à jour les référentiels de données : listes d’équipements, plans techniques, modèles 3D, représentations cartographiques, etc… 


Dans votre projet, l’irruption des objets connectés va-t-elle changer la donne ? 

Pour l’instant, la généralisation des objets connectés n’a pas modifiée notre projet,  elle est plutôt identifiée comme une opportunité :

  • pour offrir plus d’interaction entre l’élément physique sur site et son double digital dans ELHOM®Solution, en utilisant cette source de données supplémentaire. 
  • pour étendre la logique d’opérateur connecté, en intégrant de l’intelligence artificielle qui va aider l’opérateur en mobilité dans les gestes du quotidien ou des opérations plus sensibles. Dans ce cas de figure, les objets connectés pourront « nourrir » cette IA, en remontant des informations dynamiques liées aux équipements, (vibrations, pression, température…). 


Que représente pour vous le fait de participer au CES ? 

INEO DEXIP a atteint une vraie maturité au cours des 18 mois derniers : industrialisation de la solution, efficacité d’une équipe de 30 personnes qui manage la donnée et capacité, au travers du Groupe ENGIE, de répondre à des sollicitations d’opérateurs énergéticiens partout dans le monde et même en dehors du Groupe. 

Participer au CES en janvier prochain nous offre donc plusieurs opportunités :

  • nous confronter à des cultures différentes et évaluer la pertinence, la créativité et le time to market de nos solutions par rapport aux marchés américains ou asiatiques. 
  • nous permettre de recueillir avis et commentaires de tous sortes de visiteurs issus d’horizons très divers.
  • nouer ou renouer des contacts : nous avons déjà commencé à prospecter le marché américain et le CES est une occasion de réactiver des contacts et de leur présenter les évolutions de la solution. 


Qu’allez-vous montrer ?

Nous serons sur le stand avec les interfaces qui sont utilisées au quotidien, avec des bases de démonstration héritées de cas d’usages concrets : tramway, stockage d’énergie, industrie… Nous voulons démontrer que notre système répond à des typologies d’ouvrages assez larges. 

Nous allons aussi présenter un flight case sur roulettes équipé d’un grand écran, conçu pour centraliser et partager des documents et données techniques. Il s’agit d’un outil convivial et collaboratif pour annoter, diffuser, transmettre l’information, une interface métiers qui facilite le pilotage par le geste, en appui à la décision et au management des projets sur le terrain.


Quelle serait pour vous la rencontre magique au CES ? 

La rencontre magique pourrait être un opérateur dans le monde de l’énergie, réseaux urbains, puits de pétrole ou transporteur de gaz naturel, en Amérique du Nord, à qui nous pourrions démontrer la pertinence d’une technologie européenne sur leurs cas d’usage. 

Ce pourrait être la rencontre d’une société comme Kinder Morgan, gros transporteur de gaz naturel, équivalent US de GRT Gaz, par exemple. 

Source : Christine Leroy