/
Inscription

Mes notifications

Actus Voir toutes les news
Digital & Data 01/09/2021

Efficacité, rendement, sécurité : derrière chaque ENR se cache une technologie secondaire !

Ces technologies d'inspection et de maintenance participent grandement au succès des énergies renouvelables en tant qu’alternative abordable aux combustibles fossiles polluants.

A mesure que la dépendance des pays vis-à-vis des technologies à faibles émissions de carbone augmente, le besoin en solutions assurant des opérations plus efficaces, plus sûres et plus fiables s’accroît également

Si, aujourd’hui, les principales sources d’énergie renouvelables, éolien et solaire en tête, ont bien mérité bien leur titre de « moteur propre » de la transition énergétique, on a tendance à oublier les forces qui oeuvrent en coulisses : les nombreuses sous-technologies qui permettent le fonctionnement, l’entretien et la sécurisation de ce moteur.

En effet, à mesure que la dépendance des pays vis-à-vis des technologies à faibles émissions de carbone augmente, le besoin en solutions assurant des opérations plus efficaces, plus sûres et plus fiables s’accroît également. De la surveillance des éoliennes par intelligence artificielle aux systèmes autonettoyants pour panneaux solaires, ces technologies d'inspection et de maintenance participent grandement à l’essor des énergies renouvelables comme alternative abordable aux combustibles fossiles polluants.

Voici quelques nouveautés remarquables dans l’amélioration du fonctionnement des énergies renouvelables :

Surveillance de l’éolien offshore

Un consortium public-privé écossais a conçu un dispositif permettant d’évaluer et suivre l’état des lignes de mouillage des éoliennes flottantes afin de réduire le besoin d’inspections en personne.

  • Financés par le gouvernement écossais, le cabinet de conseil en ingénierie AS Mosley et l’entreprise néerlandaise de géo-intelligence Fugro ont travaillé avec l'Université de Strathclyde pour mettre au point un tracker combinant des mesures de mouvement et de position des structures flottantes avec un modèle de simulation afin de surveiller l’état d’usure des câbles.
  • L'objectif du projet : remplacer le processus d'inspection actuel qui nécessite, tous les cinq ans, la mobilisation de navires et de véhicules télécommandés, en faveur d’un système à la demande, suivant la fatigue des lignes d'ancrage en permanence.
  • Cette surveillance constante permettrait également une détection instantanée des problèmes et autres défaillances (dragage d'ancre, accrochage d’un bateau, etc.).
  • Les partenaires ont déjà réalisé une démonstration concluante de la technologie et cherchent désormais à travailler avec des développeurs d'éoliennes flottantes pour tester la solution en mer.

Prévision du vent par IA Aux États-Unis, DeepMind

La filiale d'intelligence artificielle de Google, a combiné données météorologiques et données énergétiques afin de prédire la production d’énergie de sa ferme éolienne de 700 mégawatts.

  • Grâce à un réseau neuronal entraîné à partir de prévisions météorologiques publiques et de données historiques sur les turbines, Google a configuré le système DeepMind pour prédire la production d'énergie éolienne 36 heures à l’avance. En se basant sur ces prédictions, le modèle émet des recommandations quant à l’optimisation de la livraison de l’énergie sur le réseau électrique et ce, une journée en amont.
  • Google a déjà franchi une première étape environnementale en égalant sa consommation d'énergie annuelle et son approvisionnement en énergie renouvelable ; la société compte maintenant sur le machine learning l'aidera à atteindre son objectif de devenir totalement, et durablement, neutre en carbone.
  • Les données recueillies ont d’ores et déjà entraîné une augmentation de 20% des revenus des parcs éoliens américains.

L'ŒIL D’ENGIE

Inspection en Réalité Virtuelle Afin de mieux surveiller les réseaux de transport électrique pendant la pandémie de COVID-19, ENGIE a développé une application alliant réalité virtuelle et web-mapping.

  • Au Brésil, le réseau électrique de Gralha Azul s'étend sur 1 000 kilomètres et traverse 27 municipalités de l'État du Parana. Avec les confinements, les inspections sur le terrain, aussi nécessaires que fréquentes, ont très vite relevé du casse-tête.
  • L’année dernière, l'équipe brésilienne d'ENGIE a développé une solution de réalité virtuelle à même de gérer à distance les activités sur le terrain, surveiller les chantiers de construction et autres programmes environnementaux et mener des inspections de routine.
  • Les inspecteurs-terrain ont utilisé des caméras 360° pour enregistrer des vidéos, par la suite partagées avec l'équipe de direction via YouTube. Les quelque 10 000 inspections vidéo réalisées en 2020 ont été uploadées sur un programme de cartographie web et mises à disposition au format VR pour une vision in situ plus précise.
  • En plus de permettre des inspections fréquentes pendant la pandémie, le système en réalité virtuelle, présenté aux Trophées de l'Innovation 2021, a également permis de réduire les émissions dues au transport routier ainsi que le risque d'accidents de la route, malheureusement courants dans ces régions isolées.

Autres news du même thème

Abonnez-vous à la Newsletter ENGIE Innovation

Loading...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que ENGIE utilise des cookies destinés à enregistrer des informations relatives à votre navigation sur le Site. Ils contribuent à faciliter votre navigation et permettent de recueillir des statistiques de fréquentation afin d'améliorer la qualité du Site. Pour en savoir plus cliquez ici.
Consulter la politique des cookies

close icon