Recherchez dans les actualités

L’énergie hydrolienne, levier innovant de la transition énergétique

Energie décentralisée
18/02/2015

La technologie hydrolienne, levier prometteur de la transition énergétique, est au cœur de la stratégie du développement des énergies renouvelables au sein de GDF SUEZ. Depuis 2009, le Groupe met en place des solutions innovantes pour faire avancer la recherche sur l’hydrolien, une énergie propre, inépuisable et prédictible.

Avec une densité 800 fois supérieure à celle de l’air, l’eau de mer fournit une énergie considérable. Par ailleurs, les courants marins étant prévisibles, la production d’électricité peut être estimée sur du long terme. Les hydroliennes utilisent l’énergie cinétique des courants marins comme les éoliennes utilisent l’énergie cinétique du vent. Les rotors des turbines hydrauliques, entraînés par la force des courants, convertissent cette énergie en électricité. L’électricité est acheminée par des câbles jusqu‘à la côte et directement envoyée sur le réseau.

La France est le 2e gisement en Europe derrière l’Angleterre. En Europe, le potentiel de cette énergie représente 12 GW. Dans le contexte de la transition énergétique, GDF SUEZ développe ses activités hydroliennes. En France, cette ressource se concentre principalement entre le Finistère et le Cotentin. Dès 2009, GDF SUEZ s’est positionné comme un acteur de référence. Le Groupe entend démontrer la viabilité technico-économique de la filière hydrolienne et ses possibilités de développement à grande échelle en développant des projets pilotes.

GDF SUEZ a été choisi par l’Etat français pour construire un parc au Raz Blanchard (Cotentin). La construction de ce parc de quatre hydroliennes devrait débuter en 2017, pour une durée d’exploitation de 20 ans. GDF SUEZ s’est aussi porté candidat pour construire un second parc pilote hydrolien sur la zone de Fromveur (Finistère). Enfin, avec l’attribution des zones du Tréport (Haute-Normandie) et des îles D’Yeu et de Noirmoutier (Pays-de-Loire),GDF SUEZ confirme son ambition de développer la recherche sur les énergies marines renouvelables.

Source : Juliette Le Reste