Recherchez dans les actualités

Sylfen, l'hydrogène pour l'autonomie énergétique des bâtiments

Hydrogène
22/05/2017

Sylfen développe des solutions intégrées de stockage et de production d’énergie, à destination des bâtiments et des quartiers. Sylfen est invité par ENGIE à exposer lors de Viva Technology, du 15 au 17 juin prochain. Nous avons voulu en savoir plus sur cette jeune entreprise grenobloise.

Bonjour, Pouvez-vous nous présenter Sylfen en quelques mots ?

Au fur et à mesure que la population grandit, les besoins en énergie sont amenés à augmenter. Pour Sylfen, cette augmentation des capacités énergétiques doit se faire sans danger pour l'environnement ni pour la santé des populations. Le développement de la production d'énergie renouvelable permet d’envisager une consommation d’énergie responsable, mais les énergies renouvelables ne sont pas fiables car intermittentes. La solution, c’est de stocker localement les surplus de production à l’échelle du bâtiment, pour pallier aux intermittences.

Sylfen développe un système hybride de stockage de l’énergie pour rendre les gros bâtiments autonomes en énergie. Grâce à une innovation d'électrolyseur réversible, fruit de 10 ans de travail au CEA-Liten, il est maintenant possible de stocker localement des grandes quantités d’électricité en utilisant le vecteur hydrogène. Grâce à la réversibilité de ce processeur d’énergie, l’hydrogène peut être consommé en mode pile à combustible et fournir l’électricité lorsque la production vient à manquer.

De plus, le système peut remplacer tout ou partie de l’hydrogène par du gaz de ville, fonctionnant en véritable relais d’énergie pour fiabiliser la fourniture énergétique. Avec le Smart Energy Hub, on peut maintenant faire le choix de consommer une énergie décarbonée, en toute sérénité.



En quoi votre projet est-il innovant ?

L’innovation provient d’une technologie capable de fonctionner à la fois en tant que :


  • électrolyseur,
  • pile à combustible
  • machine de cogénération.

Avec le même appareil, nous apportons une grande flexibilité pour le stockage et le pilotage de l’énergie.

Il y a quelques années on parlait du bâtiment passif en énergie, aujourd'hui on parle de bâtiment à énergie positive (BEPOS), demain nous parlerons du bâtiment autonome en énergie.

Pourquoi le BEPOS ne suffit pas ? L'appellation bâtiment à énergie positive correspond à une moyenne sur l'année basée sur la production locale et un objectif de consommation moyen au mètre carré ; si l'équation est positive alors le label est acquis. Dans cette approche, l'utilisateur a été complètement oublié. Notamment, il n'est pas important de regarder quand l'énergie est utilisée puisque tout passe par le réseau central. Dans les faits l'énergie produite est dé-corrélée de son utilisation, et on se retrouve à acheter de l'énergie au même moment que tout le monde, lorsque l'énergie est précieuse.

Dans le bâtiment autonome en énergie, les utilisateurs sont au centre de la préoccupation énergétique. L'objectif est ici d'apporter le confort d'une énergie produite, stockée et gérée localement. Dans les faits, l'énergie est créée par des productions locales et renouvelables, et les surplus sont stockés dans les batteries et sous forme d'hydrogène. Lorsqu'il n'y a plus de production, les stocks d'énergie viennent compenser l'absence de production, sans tirer sur le réseau central, lorsque tout le monde en a besoin.


Qu’allez-vous montrer à Vivatech ?

Vivatech sera l’occasion de présenter la maquette du premier système tout intégré, véritable démonstrateur du futur de la gestion de l’énergie à l’échelle locale, tant sur les aspects hardware que software.


Qu’attendez-vous de votre présence à Vivatech avec ENGIE ?

Nous souhaitons communiquer sur les nouvelles possibilités qu’offrent de grandes capacités de stockage locales. Cette approche est alignée avec les développements stratégique d'ENGIE, qui dépasse la transition énergétique pour aller vers une gestion de l’énergie décentralisée, plus responsable et moins dépendante des énergies fossiles.


Et enfin, quelle question auriez-vous aimé que je vous pose ?

Je dirais : Et l’hydrogène dans tout ça ?

Parlons en !

L’hydrogène est le vecteur énergétique le plus prometteur, car il permet de répondre à l’ensemble des besoins énergétique : électricité, chaleur, mobilité. De plus, il ne nécessite pas de changements drastiques des usages pour les utilisateurs finaux, ce qui en fait une solution d’avenir en toute sérénité.