Recherchez dans les actualités

Sense City explore la ville intelligente en version mini

Mobilité durable
01/04/2015

Premier scénario urbain d’une ville intelligente sur une plateforme de 250m2 : un projet signé du consortium Sense City (« ville sensible » en français), inauguré le 23 mars 2015, sur le site de l’Ifsttar, à Champs-sur-Marne. Porté par l'Université Paris-Est* , ce projet court sur la période 2011-2019 et bénéficie d’une dotation de 9M€. Capable de s’auto-diagnostiquer en continu grâce à des systèmes de micro et nano capteurs, la mini ville communicante exploite les potentialités de technologies innovantes de mesures énergétiques.

« Sense-City cherche à réaliser un rêve ancien : transformer un système aussi complexe que la ville en un système mesurable et mesuré », explique Serge Piperno, Directeur scientifique de l’Ifsttar (Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux). La mini ville inaugurée en mars 2015 peut être considérée comme un dispositif expérimental dédié à l’habitat de demain et à la route du futur. Cette réalisation française, première à l’échelle internationale, a vocation de modèle. Elle fournit, pour les réalisations urbaines de demain, les outils pour réduire la consommation d’énergie des villes.

Avec un réseau d’autodiagnostic de 60 capteurs pour une plateforme de 250 m2, c’est la première fois qu’un scénario urbain concentre une telle densité de capteurs. L’innovation réside tout autant dans la mise au point de ces capteurs que dans celle des algorithmes. L’architecture générique de collecte de données repose sur un logiciel de supervision, appelé « PEGASE », conçu par l’Ifsttar. Les données sont visibles dans des interfaces graphiques intuitives, utilisables par les exploitants, les gestionnaires et les usagers.

Sense City se positionne comme un démonstrateur d’innovations urbaines. La mini ville n’est pas une utopie. Il s’agit d’une première étape expérimentale pour aller vers une ville de demain, massivement instrumentée.

* Ce programme implique l'IFSTTAR, l'ESIEE-CCIP, le LPICM (UMR 7647 CNRS-Ecole Polytechnique), le CSTB, l'INRIA et l'UPEM.


Source : Juliette Le Reste