Recherchez dans les actualités

Connected Energy : le stockage d'énergie intelligent

Stockage d'énergie
23/05/2018

Connected Energy est devenu leader mondial des systèmes fixes de stockage d'énergie en donnant une seconde vie aux batteries usagées des véhicules électriques. Ils seront à Viva Technology sur le Lab ENGIE du 24 au 26 mai, et Matthew Lumsden, le PDG de Connected Energy nous en dit plus. 


Q : Bonjour Matthew. Parlez-nous de Connected Energy.

Alors que je travaillais comme consultant en énergies renouvelables, je me suis rendu compte des énormes opportunités qu'offrait le domaine du stockage d'énergie. Mon collègue Ian McDonald, qui travaillait chez Lotus, m'a rejoint et vers 2009 nous avons commencé à étudier la reconversion des anciennes batteries de véhicules électriques. Lorsque celles-ci ne remplissent plus les exigences spécifiques pour propulser un véhicule, il leur reste toujours 75% de leur capacité énergétique, qui peuvent être utilisés dans d'autres domaines avant de les recycler. Nous avons lancé la société en 2015, mais en fait nous travaillons avec Renault depuis 4 ans.


Q : Et en quoi vos produits sont-ils spécialement innovants ?

E-STOR, c'est le premier système commercial de stockage d'énergie basé sur les blocs-batteries. Ce qui est particulièrement innovant dans notre approche, c'est que nous utilisons les blocs comme s'ils se trouvaient encore dans une voiture, plutôt que d'enlever les batteries et de les utiliser seules, ce qui nous permet de proposer un stockage d'énergie modulaire, évolutif et écologiquement durable à prix raisonnable. Notre régulateur est capable de gérer un grand nombre de batteries, d'origines diverses et dans des états différents. Nous offrons donc aux batteries une deuxième vie avant leur recyclage, et ainsi, nous exploitons mieux l'énergie grise investie dans leur fabrication – sans parler de la "technologie grise" correspondant à la recherche et au développement en amont. Nous prolongeons aussi leur temps d'utilisation... pendant lequel on peut améliorer les processus de recyclage !

J'ai l'impression qu'en voulant créer une technologie et une société, nous avons en fait créé une industrie. Tout ce que nous faisons est nouveau, et nous nous retrouvons toujours bien loin du point de départ. C'est fascinant !


Q : Quelle est votre histoire avec ENGIE ?

ENGIE a contacté Renault pour leur demander ce qu'ils faisaient des anciennes batteries de leurs véhicules électriques et Renault a répondu : "On les envoie chez Connected Energy." ENGIE a donc pris contact en vue d'un éventuel partenariat, et est devenu investisseur fin 2017. Nous travaillons avec ENGIE aux Pays Bas sur un système qui fournit au réseau des services concernant la réponse de fréquence, une fonction clé dans le domaine du stockage d'énergie. Et pour être franc, c'est un peu la dream Team : collaborative, innovante... c'est un vrai plaisir de travailler avec eux.


Q : Qu'allez-vous montrer sur votre stand à Vivatech ?

Le système lui-même, un conteneur de transport rempli de batteries, serait... quelque peu encombrant, dirais-je ! Nous allons donc montrer des images et des schémas, accompagnés d'une présentation internet du système en fonctionnement.


Q : Et qu'espérez-vous de votre participation à Vivatech avec ENGIE ?

Dans un avenir proche nous espérons nous développer sur trois fronts : le système (jusqu'à 20 MW et plus), notre marché, et nos sources de blocs-batterie. Nous espérons que Vivatech nous fera avancer sur ces trois fronts. 2019 sera une période de grande croissance pour nous et la recherche d'investissements pour faciliter cette croissance est déjà en cours ; nous espérons rencontrer d'autres investisseurs potentiels à Vivatech.


Q : Pour vous l'avenir sera... ?

Il faudrait parler des projections concernant le nombre de véhicules électriques, ainsi que du marché global pour le stockage d'énergie. D'ici à 2030, on estime qu'il pourrait y avoir 340 GWh/an d'énergie disponible dans les anciennes batteries des véhicules électriques, et qu'en dehors de cela, le marché global pour le stockage d'énergie pourrait atteindre 300 GWh/an. Ce qui veut dire qu'à l'avenir, ces batteries devraient constituer un élément important dans le mix du stockage d'énergie ! Il est évident que nous avons l'intention d'être très présents dans ce scénario.


Q : Et un mot sur l'innovation ?

Hmmm. Quand on trouve rassurant ce qu'on connaît déjà... eh bien, ce n'est pas ça ! L'innovation vient de n'être jamais content, et de chercher à mieux faire. Je dirais :" L'innovation naît de l'insatisfaction."


En savoir plus sur Connected Energy


Source : Martyn Crossland