Recherchez dans les actualités

CES 2019 : charge&go, la solution de mobilité verte d’ENGIE pour les villes

Territoires
12/12/2018

ENGIE a créé charge&go, une solution de recharge écologique destinée aux véhicules électriques qui trouve et achemine l’énergie depuis la ville jusqu’aux véhicules. En janvier 2019, sur le stand ENGIE & Partners, le CES marquera le lancement officiel de charge&go.

Camille Delesalle (Lead commercial products Ineo UTS) et Nicolas Clerc (en charge du produit charge&go) nous parlent des différents aspects de cette solution modulaire.


charge&go n’est pas une simple solution de recharge pour bus électriques ?

charge&go est la solution d’ENGIE pour se déplacer dans les villes de manière verte. ENGIE a pris le parti de penser de manière globale l’arrivée des bus électriques dans la ville et de ne pas uniquement fournir des chargeurs.

A la suite de la COP 21, les villes doivent faire passer leurs transports collectifs d’une énergie fossile à l’électrique (ou plus rarement à l’hydrogène). Pour elles, cette transition ne va pas de soi. La disponibilité électrique des villes n’a pas été dimensionnée pour alimenter une flotte de plusieurs dizaines de bus.

Comment adapter leurs dépôts, où placer leurs chargeurs, quels types de bus choisir, où aller chercher l’énergie nécessaire ? C’est pour aider les élus dans ces réflexions que charge&go propose aux villes un accompagnement en plusieurs phases :

  • Tout d’abord, une réflexion sur comment construire la ligne et quelles options choisir pour les chargeurs (type, nombre, etc…)
  • Ensuite, l‘identification des différentes sources d’énergie présentes dans la ville et l’acheminement de cette énergie jusqu’au lieu de charge pour permettre aux chargeurs de disposer de l’énergie nécessaire.
  • Enfin, l’installation d’infrastructures de charge intelligentes qui optimisent le programme de charge en fonction de l’exploitation.


Quels sont les points forts de la solution charge&go ?

Si on devait caractériser charge&go par un mot, ce serait « optimisation ».

  • Optimisation des infrastructures de la ville : charge&go va chercher l’énergie de manière simultanée sur différents réseaux existants (haute tension, réseau d’alimentation de tramway ou de métro, énergie renouvelable, etc…) et construit autour des véhicules un véritable smart grid. Nous prenons l’énergie partout où elle est disponible. Si l’infrastructure est déjà existante au sein de la ville, charge&go l’utilise sans avoir à construire de nouvelles infrastructures.
  • Optimisation des infrastructures de recharge : Dans le cadre de la recharge d’une flotte, là où la conception classique demande l’installation d’une chaîne complète de conversion électrique pour chacun des bus, charge&go mutualise les équipements. Une seule infrastructure est installée pour l’ensemble des véhicules.
  • Optimisation de l’énergie : A travers charge&go, ENGIE prend également en compte le programme d’exploitation des véhicules. Cette caractéristique permet une gestion intelligente de la recharge qui est menée de manière raisonnée en fonction des besoins et disponibilités du réseau.

Il faut savoir qu’en l’absence de système intelligent, dès que vous branchez un bus il se charge, sans prendre en compte le fait que le réseau soit capable ou non de le supporter. Cette capacité à gérer et à piloter la charge est donc un vrai avantage de la solution.

En résumé, la solution charge&go d’ENGIE optimise pour la ville l’espace, les équipements et infrastructures, les coûts et la consommation d’énergie.

 

Un point fort de la solution est le volume très réduit de vos chargeurs. Comment avez-vous fait ?

Nous avons architecturé la solution en mutualisant tout ce qui peut l’être : raccordement au réseau, transformateurs, redresseurs. Nous avons déporté l’ensemble de ces équipements dans une box, une sorte de grosse boîte, facile à camoufler ou à intégrer, silencieuse et compacte. Cela nous permet d’éloigner des bus le maximum d’éléments pour ne laisser dans le dépôt, dans la cell, que le strict nécessaire. Ainsi non seulement nous réduisons l’infrastructure globale via la box, mais nous réduisons aussi l’espace nécessaire auprès des bus avec nos cells, et ce à tel point qu’elles peuvent être suspendues aux murs.

Pour vous donner un ordre d’idée, pour charger 12 bus, il faut une box d’environ 18 m2 et deux cells. L’ensemble du produit représente 20 m2 contre plus de trente pour les solutions classiques.

 

A quel type de besoins s’adresse la solution charge&go d’ENGIE ?

La solution charge&go propose deux produits pour deux besoins différents en fonction des typologies et des densités des villes.

  • Soit les bus sont chargés dans un dépôt de nuit. Dans ce cas, nous proposons charge&go optim’ pour charger des flottes de bus ayant une très grande autonomie (jusqu’à 200 km).
  • Soit les bus sont chargés tout le long de leur trajet et pendant le service, il s’agit alors de la méthode du biberonnage. Dans ce cas, nous proposons charge&go flash pour charger en quelques minutes.

Les chargeurs optim’ délivrent une puissance d’environ 90 kW alors que les chargeurs flash délivrent jusqu’à 600 kW. Les deux produits se complètent parfaitement et répondent à tous les besoins des villes.

Si la solution d’ENGIE est aujourd’hui principalement commercialisée pour le chargement de tous les types de bus, elle a pour vocation de s’étendre pour charger tous les types de véhicules au service des villes.


Que représente pour vous le fait de participer au CES ?

Pendant deux ans, nos experts se sont penchés sur les problématiques auxquelles sont confrontées les villes et ont créé charge&go : une solution innovante, une solution de demain, une solution qui a pour objectif d’accompagner les villes du monde entier dans la révolution énergétique.

Le CES est pour nous l’événement de référence en matière d’innovation et la quintessence mondiale de ce qu’il y a de révolutionnaire dans tous les secteurs. C’est dans cette logique que nous avons choisi le CES pour révéler charge&go.

 

Quelle serait pour vous la rencontre magique au CES ?

charge&go doit bouleverser l’approche qu’ont les villes et les collectivités de leur transition.

Aujourd’hui, quand les villes ou les collectivités veulent transformer leurs lignes de bus, elles calquent sur la mobilité électrique la logique des bus diesel . Pour la plupart, elles commencent par acheter les bus et pensent dans un second temps aux infrastructures. Or, pour une mobilité réellement verte, les infrastructures de recharges ne peuvent pas être pensées comme l’on pensait par le passé une station-service.

Si on veut des villes intelligentes au plan énergétique il faut penser de façon plus globale. Aussi, la rencontre magique serait pour nous un porte-parole, une personne convaincue de la nécessité de ce changement de paradigme. Nous avons aujourd’hui besoin que les villes découvrent cette approche nouvelle et y adhèrent.


Comment voyez la mobilité en 2030 ?

En 2030, nous imaginons un transport libéré du carbone, avec un mix énergétique réparti entre gaz vert, véhicules électriques sur base hydrogène, véhicules électriques sur base batterie, et des solutions décarbonées et digitalisées : autopartage, transports en commun à la demande.

Le rêve d’ENGIE en 2030 est de développer un transport public diversifié à moindre coût, plus étendu, plus fréquent. Grâce à la réorientation vers les chargeurs de bus des énergies perdues, ENGIE veut créer un transport accessible à tous et respectueux de l’environnement.

Source : Christine Leroy


Abonnez-vous à la Newsletter ENGIE Innovation