Recherchez dans les actualités

Quantom, faire du solaire une énergie vraiment inépuisable

Energie décentralisée
17/08/2017

Quantom, une toute jeune startup qui optimise les rendements et la durée de vie des centrales photovoltaïques avait tapé dans l’oeil de l’équipe Innovation chez ENGIE,qui lui avait attribué son Prix Coup de Coeur Startup en janvier dernier. Du 25 au 27 août, les deux co-fondateurs de Quantom défendront les couleurs d’ENGIE lors de la French Startup Cup à La Rochelle.

L’occasion pour Yan Baratte, l’un des deux co-fondateurs, de nous parler des projets et de la vision de Quantom.

Q- Bonjour Yan, vous avez rejoint Harold Darras à la direction de Quantom en début d’année. Mais Quantom, c’est quoi ?

Effectivement, Quantom a été créé en 2015 par Harold Darras, avec pour premier objectif l’optimisation des performances des centrales photovoltaïques  supérieures à 100 kWc, c’est à dire des centrales moyennes à grandes, plus particulièrement celles en sous-performance.
Après un démarrage prometteur et plusieurs projets menés à bien, j’ai rejoint Quantom début 2017 en qualité de co-fondateur. 
L’objectif de la société a évolué et nous développons maintenant une offre plus universelle avec un proposition de valeur unique et originale : augmenter la rentabilité et la durée de vie de toutes les centrales photovoltaïques en exploitation, en nous appuyant sur notre expertise globale des installations photovoltaïques, et sur des technologies inédites et innovantes. 

Notre promesse peut se résumer en 3 points : 

  • 10 % minimum d’augmentation de production d’électricité
  • Un retour sur investissement minimum de 10% par an pour les propriétaires
  • L’objectif de doubler la durée de vie de la centrale.

Nous nous appuyons sur tout un réseau de partenaires, installateurs et mainteneurs bien sûr, fabricants, mais aussi et surtout, nous bénéficions de partenariats avec des centres de recherche de pointe, privés, publics ou universitaires. 

Harold et moi disposons de 20 ans d’expérience dans le photovoltaïque, nous connaissons parfaitement le marché français et européen, et nous partageons une vision et une ambition que l’on pourrait résumer ainsi : « faire de l’énergie solaire la clé de voûte du modèle énergétique de demain. »   


Q- En quoi votre projet est-il innovant ? 

Chez Quantom, l’innovation se situe à 3 niveaux :

Tout d’abord dans la vision
Aujourd’hui les propriétaires ou exploitants de centrales PV ont une vision limitée à la durée du contrat d’achat, souvent 20 ans. De ce fait, les centrales sont prévues pour 20 ans, avec peu ou pas de projection sur la suite. Ce qui est d’autant plus paradoxal que le solaire est censé être une énergie renouvelable, durable, inépuisable… 

De plus, il y a une sorte d’acceptation que la production de la centrale va décroître dans le temps, de l’ordre de 1% par an. Dans ce contexte, la maintenance sur les centrales est une maintenance réactive, qui a surtout pour but de limiter les pertes de production.

Chez Quantom, nous nous opposons à cette vision un peu fataliste, et nous voyons les choses autrement. 
Nous inscrivons nos actions dans un temps bien supérieur à cet horizon de 20 ans. Nous sommes certains de pouvoir au moins doubler cette durée de vie en maintenant de bonnes conditions de production. Nous envisageons que l’installation puisse évoluer dans le temps, avec des technologies dédiées aux centrales en exploitation, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
Dans ce contexte, nous envisageons une maintenance préventive, voire prédictive, avec le but d’aller chercher de la performance supplémentaire.

Innovation de process
Nous proposons une solution clé en main pour les propriétaires et les exploitants, qui se décline en 3 étapes : 

  • un audit de performances pour identifier les faiblesses et les leviers d’amélioration. 
  • une intervention sur le site que nous gérons de A à Z via un réseau de partenaires, qui permet d’installer les technologies les plus appropriées en fonction des faiblesses décelées
  • un suivi de la performance dans le temps, pour répondre à l’objectif de durée de vie, qui va s’appuyer sur des outils spécifiques que nous développons en interne. Nous pourrons ainsi proposer une maintenance préventive, voire prédictive, qui permettra  d’anticiper les faiblesses et d’intervenir avant qu’il ne soit trop tard. Ce suivi de performance est fait au niveau du panneau, ce qui constitue également une innovation majeure, les pratiques actuelles se limitant en général à un monitoring global de l’installation.

Innovation Technologique
Les technologies que nous utilisons sont de 3 ordres : 

  • des technologies optiques totalement inédites, comme des miroirs intelligents nano-structurés qui vont nous permettre un traitement de l’irradiation intelligent, et notamment ne renvoient sur les panneaux que la bande spectrale vraiment utile, en filtrant, par exemple, les infra-rouges qui sont nocifs pour le panneau car ils le font chauffer. 
  • des technologies électroniques et digitales pour analyser ce qui se passe au niveau du panneau. Grâce à l’utilisation d’algorithmes nous savons analyser la signature physique du signal électrique pour en déduire le type de dégradation : salissure, micro-craquelures, ou problèmes plus graves. 
  • Nous pouvons alors intervenir à bon escient : correction du problème détecté ou remplacement du panneau. 


Q- Vous ne vous adressez pas du tout aux particuliers ? 

Aujourd’hui non. D’une part les enjeux sont moindres : en terme de production, l'ensemble des installations solaires résidentielles en France, c’est à dire à peu près 300 000 installations, reste très minoritaire par rapport à l’ensemble de la puissance installée, à moins de 25%. 
En terme de commercialisation, c’est aussi moins simple.
Enfin, l’investissement lié aux technologies que nous proposons serait sans doute trop élevé pour un particulier.

Cependant, nous travaillons sur des technologies moins chères et plus simples à mettre en œuvre, qui pourraient à moyen terme nous permettre d’adresser des centrales de plus petite taille mais ce n‘est pas notre priorité aujourd’hui. 


Q- Parlez-nous de votre histoire avec ENGIE

Notre histoire avec ENGIE a commencé l’an dernier, lors du séminaire d’hiver du réseau d’incubateurs RETIS, qui avait été accueilli par ENGIE.
A cette occasion, et après avoir rencontré une centaine de startups, ENGIE nous avait décerné le Prix Coup de Coeur Startup.

Parmi les retombées positives de ce prix figure l’invitation au salon Viva Technology  en juin dernier, sur le Lab Energy d’ENGIE. Cette participation a été pour nous un coup d’accélérateur majeur. Au cours de Vivatech, nous avons eu l’opportunité de rencontrer des équipes techniques et commerciales pour discuter d’éventuelles possibilités de collaboration sur le parc photovoltaïque d’ENGIE, le plus gros d’Europe. 
Le passage sur notre stand d’Isabelle Kocher, avec qui nous avons eu la possibilité de discuter de façon informelle, nous a aussi aidé à ouvrir des portes. 

Mentionnons enfin l’invitation à participer à la French Startup Cup fin août à La Rochelle où nous aurons l’occasion de naviguer sur le bateau ENGIE tout en nouant des contacts avec de nombreuses autres startups. 

Il s’agit donc d’une histoire encore récente mais qui débute sur des bases extrêmement positives…


Q- Comment voyez-vous l’avenir du solaire et quel rôle y jouez-vous ? 

Notre vision de l’avenir de Quantom s’inscrit dans l’avenir que nous espérons pour le solaire, et dans la manière dont nous souhaitons y contribuer. 

Comme je vous le disais, pour nous, l’énergie solaire est au coeur de la transition énergétique, et notre ambition est d’ancrer le solaire dans le modèle énergétique de demain.
Nous adhérons tout à fait à la typologie mise en avant par ENGIE des 3D : Décarboné, Décentralisé, Digitalisé

Nous ambitionnons de faire en sorte que le solaire réponde à ces 3 enjeux.

  • décarboné : l’énergie solaire l’est par nature
  • décentralisé : c’est également dans sa nature, mais dans les faits, paradoxalement, le développement du solaire n’a pas été pensé ainsi. Actuellement les centrales solaires ont surtout pour but de créer et distribuer de l’énergie de façon plus verte et/ou plus économique. Pour nous, l’enjeu du solaire est de rapprocher le producteur et le consommateur, et pour cela, les installations doivent être dotées d’outils permettant d’optimiser cette mise en relation. 
  • C’est à cet enjeu que répond la digitalisation : anticiper le modèle économique de demain où l’on pourra vendre de l’énergie à son voisin. Pour y parvenir, il faut qu’on puisse piloter les centrales de la façon la plus fine possible. Au delà de la recherche de performance et de rentabilité, nos technologies doivent contribuer à aller dans ce sens là.


Q- Comment Quantom va t’il contribuer à cette évolution ? 

Notre but est de travailler sur le parc existant européen (100 Gigawatt installés), le mettre à niveau pour répondre aux enjeux futurs. Nous estimons qu’actuellement moins de 1% du parc installé est connecté. Il y a donc déjà beaucoup faire !

Il nous faut aussi éduquer le marché, le sensibiliser aux enjeux, expliquer aux propriétaires exploitants que la vie du parc ne s’arrête pas aux 20 ans du contrat d’achat, que leur actif est tout à fait valorisable pour inscrire le solaire dans la durée

Nous souhaitons bien sûr de plus en plus de projets, mais aussi travailler avec tous les acteurs, qu’ils soient centres de recherche, industriels ou exploitants de parcs pour accélérer l’innovation et faire de l’énergie solaire une énergie toujours plus compétitive, en augmentant la production et en accroissant la durée de vie des installations pour faire du solaire une énergie vraiment inépuisable.

Source : Christine Leroy