Recherchez dans les actualités

Co-recyclage : ne jetez plus, co-recyclez !

Autres innovations
16/05/2018

Co-Recyclage a adapté la célèbre phrase de Lavoisier, et proclame fièrement « Rien ne se perd, rien ne se créée, tout peut être réemployé ! »

Cette startup spécialiste du réemploi innovant sera présente le 26 mai sur le stand ENGIE à Viva Technology. Renaud Attal, co-fondateur et CEO, nous présente cette entreprise numérique et solidaire.


Co-Recyclage est une startup de l’économie sociale et solidaire créée en septembre 2013 et spécialisée dans le réemploi de mobiliers, matériels et matériaux.

Co-Recyclage propose deux services complémentaires, destinés d’une part au grand public et d’autre part aux entreprises et administrations.

Côté  grand public, nous avons créé la plateforme co-recyclage.com qui est grosso modo le « bon coin » du gratuit. C’est une plateforme d’intermédiation entre utilisateurs qui souhaitent donner des objets et d’autres qui en ont besoin et veulent les récupérer, le tout gratuitement. Ce service permet de favoriser le réemploi global et local tout contribuant à retisser le lien social et local. Cette solution est aussi disponible clé en main et en marque blanche pour les collectivités qui souhaitent déployer un service d’optimisation du réemploi sur leurs territoires, mettant en lien gratuitement les habitants, les structures du réemploi et toutes les associations locales.

Côté B2B, nous proposons différentes solutions à destination des entreprises et des administrations, dans des secteurs aussi variés que le tertiaire, le scolaire, l’hôtellerie et la restauration, mais aussi dans l’événementiel : expositions, salons, événements corporate et enfin le monde des chantiers : déconstruction, réhabilitation.

Pour accompagner tous ces domaines d’activité et ces typologies d’opérations nous offrons à la fois des technologies et de l’accompagnement.

Sur l’aspect  technologies, nous mettons à disposition des outils d’inventaire ou de diagnostic ressources, disponibles directement sur tablettes et smartphones.

Grâce à ces outils nos équipes sont en mesure de faire des inventaires documentés de toutes les ressources qui seront rendues disponibles dans le cadre d’une opération, de manière très simple et très rapide. Cet outil est également disponible en marque blanche, personnalisable aux couleurs de nos clients pour que ceux-ci puissent disposer d’un outil hyper efficient pour réaliser leurs propres inventaires en fonction de leurs besoins.

A la suite de ces inventaires, qu’ils soient réalisés par nous ou par le client, avec ou sans notre outil, nous injectons le résultat de ces inventaires sur notre plateforme pro, qui est le centre névralgique de notre partie B2B et qui fédère un réseau de plus de 750 récepteurs. Ces récepteurs sont des association de tout type, sportives, culturelles, ressourceries, recycleries, différent acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), chantiers ou entreprises d’insertions, jeunes startups, collectifs d’artistes, lieux mutualisés, espaces de co-working, fablabs, centres d’hébergement d’urgence et camps de réfugiés…

Un peu comme sur une plateforme de e-commerce, ces récepteurs peuvent choisir directement et passer commande de tout ce qui les intéresse parmi les inventaires des opérations que nous traitons pour nos clients, soit gratuitement, soit à prix solidaire.

Quand nos clients sont des grands groupes ou de grandes administrations, nous mettons en place un outil plateforme en marque blanche chez eux pour favoriser le réemploi en interne au sein des différentes délégations, filiales ou bâtiments, avant de proposer ce qui reste à notre réseau de récepteurs.

Notre équipe coordonne et organise les opérations, la logistique, la manutention, en assurant à chaque étape la traçabilité de tous les mouvements. Chaque matériel qui sort d’une entreprise ou d’une administration est tracé avec des bordereaux de traçabilité et des rapports agrégés qui permettent à nos clients d’avoir une vue globale de ce qui s’est passé, avec l’ensemble des data sur ce qui a été réemployé en interne, en externe, les quantitatifs des différents types de mobiliers, et les quantitatifs de déchets évités, la répartition géographique des récepteurs, etc.. Toutes ces données sont valorisables au niveau RSE, comme en termes de communication.


C’est grâce à la plateforme pro à destination des entreprises, qui sont de toute façon obligées de payer pour se débarrasser de ce dont elles n’ont plus besoin, que vous pouvez offrir aux particuliers une plateforme gratuite ?

C’est un peu plus compliqué. Notre service grand public aujourd’hui n’a effectivement pas de modèle économique, c’est un service d’utilité publique, mais cet outil est également disponible en marque blanche, notamment pour des territoires qui voudraient favoriser le réemploi sur leurs espaces auprès des habitants et des professionnels.

Nous sommes en test avec la Ville de Paris sur la collecte des encombrants, avec le but de détourner de la collecte des encombrants tout ce qui peut encore servir, canapés, machines à laver… L’idée pour la Ville est de diminuer le volume des encombrants qui lui coûtent cher et qui finissent essentiellement en incinération ou en enfouissement, et privilégier le réemploi par une ressourcerie locale, un habitant du quartier ou une association.


En somme vous êtes un concurrent d’Emmaüs ?

Non, pas du tout ! Les différents mouvements d’Emmaüs font justement partie de nos récepteurs.

Nous sommes là pour leur apporter les ressources dont ils ont besoin. Contrairement aux apports des particuliers, grâce à nos grosses opérations nous connaissons les besoins de notre réseau de récepteurs et nous sommes capables d’aiguiller et de leur proposer directement ce qui les intéresse. Ce sont eux qui commandent et quand ils se déplacent c’est pour charger un ou plusieurs camions de matériel choisi qu’ils pourront revendre à prix solidaire dans leurs boutiques.

Quelques chiffres :

Globalement l’année dernière nous avons traité 1 380 tonnes de matériel dont plus de 900 tonnes ont trouvé une seconde vie. Le reste a été accompagné au recyclage matière, par exemple du matériel ou mobilier abîmé, hors d’usage ou pas adapté au réemploi, comme de grands bureaux en angle que plus personne n’a la place d’accueillir.  Nous sommes une structure agréée ESS, nous travaillons avec des éco organismes, des recycleurs audités et des filières vertueuses.

L’an dernier notre taux de réemploi global s’est élevé à 70% et notre activité a permis de réduire de 25% l’impact CO2 du volume de matériels traités.



Un slogan qui parle de vous ?

Nous avons deux slogans, un slogan grand public « Rendez-vous service en rendant service aux autres » et un slogan B2B :  « Créateurs d’outils numériques vertueux au service du réemploi ».

 

Qu’allez-vous présenter à Viva Technology ?

Nous allons présenter nos outils numériques : notre plateforme grand public et notamment la plateforme dédiée au service des encombrants, fruit d’une expérimentation en cours avec la Ville de Paris et nos outils B2B : applis mobiles pour réaliser les inventaires, plateforme pro et sa version en marque blanche.

Ces outils n’existaient pas auparavant ; ils ont été développés par nous et sont spécifiquement conçus pour optimiser le réemploi. Les visiteurs pourront les tester sur le stand.


Qu’attendez-vous de cette participation à Viva Technology ?

Nous espérons que Viva Technology sera l’occasion d’échanger avec les équipes d’ENGIE pour que demain plus aucune ressource ne soit gaspillée et que le réemploi soit envisagé de façon systématique !

Nous aimerions faire du réemploi avec ENGIE sur différents types d’opérations : déménagement, réhabilitation de bâtiments, changements de parcs et faire en sorte que ces opérations puissent être valorisées en termes de RSE et  de communication. Nous espérons rencontrer des interlocuteurs issus des services généraux ou gestionnaires de bâtiments, les départements travaux et bien sûr toutes les équipes concernées par la RSE.


Et pour vous l’avenir sera … ?

L’avenir sera connecté, collaboratif et solidaire !

Nous développons l’économie circulaire avec le prisme du numérique et de la solidarité puisque notre vocation première est avant tout d’apporter les ressources dont ont besoin les différentes structures qui sont nos récepteurs - et qui elles même ont souvent une activité solidaire.


En savoir plus sur Co-Recyclage

Source : Christine Leroy