Recherchez dans les actualités

Taxis volants, smart médecine, lanceurs d'alertes et ENGIE : le best of du WebSummit 2019

Autres innovations
05/12/2019

Lors de la première édition du Web Summit à Dublin en 2009, le monde ne jurait que par Internet, et le futur radieux auquel il nous destinait. Le même optimisme était encore de mise pour la 10ème édition de cette conférence tech (de loin la plus importante d’Europe), qui s’est déroulée du 4 au 7 novembre à Lisbonne. Une fois de plus, nombre d’idées brillantes et d’innovations révolutionnaires étaient au rendez-vous. Mais dans les couloirs et sur les podiums de cette édition, on pouvait aussi percevoir les préoccupations actuelles des participants, soucieux des dérives qu’une telle force de frappe numérique peut engendrer.

La cuvée 2019 a rassemblé non seulement les grands noms de la technologie, mais aussi une programmation prestigieuse de législateurs, régulateurs et même de lanceurs d’alerte : tous sont venus apporter leur éclairage sur la responsabilité des leaders du secteur à protéger la société dans son ensemble, et à nous préparer aux changements que l’innovation implique. Parmi les temps forts du Web Summit, on peut également citer PITCH, un concours de startups très attendu.

Signalons que 2019 marquait également la première participation d'ENGIE au Web Summit avec un stand dédié à 5 plateformes numériques couvrant différents aspects des métiers du Groupe: villes intelligentes, blockchain, BIM, bâtiments intelligents et gestion de l'énergie.


Comme chaque année, l’événement a été couvert par des centaines de journalistes et de publications ; voici ce qu’ils en ont retenu :

Idées et investisseurs

  • Daniel Wiegand, co-fondateur et PDG de Lilium Aviation, basée à Munich, a présenté un taxi volant futuriste qui fonctionne uniquement à l’électricité et qui pourrait prendre son envol d’ici cinq ans !
  • La publication portugaise Exame Informática a mis l’accent sur les 12 entreprises portugaises sélectionnées pour participer à la compétition PITCH de cette année. Ces entrepreneurs ont fait preuve de créativité, en présentant une large variété d’idées — qu’il s’agisse de meubles en briques de type LEGO, de système de gestion de drones ou de matériau de construction à partir de déchets.
  • C’est Nutrix qui a gagné l’édition 2019 de PITCH : l’entreprise bâloise bûche sur un dispositif sans aiguille qui pourrait révolutionner la manière dont les diabétiques surveillent leur maladie depuis chez eux. L’appareil repose sur une technologie capable d’aider les utilisateurs à détecter les symptômes alarmants sans avoir à attendre leur prochain rendez-vous médical.
  • Le tourisme — secteur dans lequel l’Europe se distingue encore et toujours — pense lui aussi à la transformation digitale. Le quotidien italien Il Tempo a choisi de se pencher sur NEST, une collaboration public/privé présentée au Web Summit et qui rassemble des entreprises du secteur technologique, des exploitants de transports et des leaders de l’hôtellerie, en vue de préparer le terrain pour l’avènement du « Tourisme 4.0 ».


Responsabilité et Régulation

  • Au programme des débats du Web Summit : protection des données, développement durable et systèmes d’alerte. Kate Brand, responsable du développement durable chez Google, a présenté le tout premier « accélérateur de durabilité » de l’entreprise américaine, qui viendra soutenir des startups dont l’impact social vise à atteindre les Objectifs de Développement Durable des Nations-Unies.
  • Selon le site d’info français spécialisé dans l’innovation La Réclame, le mot « objectif » a été le véritable fil rouge du Web Summit 2019, dans la mesure où d’entreprises cherchent à être crédibles et cohérentes, pour « donner une importance plus grande à la raison d’être de son entreprise et surtout l’ancrer dans des actions concrètes sur la durée ».
  • En vidéoconférence depuis la Russie où il est exilé, le lanceur d’alertes américain Edward Snowden a critiqué la nouvelle régulation RGPD, censée garantir davantage de contrôle sur leurs données personnelles en ligne : « Le problème n’est pas la protection des données, le problème c’est la collecte de données », a-t-il déclaré. « Réguler et protéger les données implique en premier lieu que la collecte de données a été effectuée de manière appropriée, conforme, qu’elle ne présente pas de menace ou de danger ».
  • Margrethe Vestager, la Commissaire Européenne à la Compétition, figure de proue du débat sur la protection des citoyens et gouvernements face à la « Big Tech », a évoqué le besoin pressant de statuer sur la protection des données, l’impact de l’intelligence artificielle mais aussi le rôle que l’innovation digitale peut jouer dans le changement climatique.


Et aussi : 

On a également beaucoup parlé de la débâcle de l’entrée en bourse de WeWork et ses répercussions sur le secteur du numérique. Selon Reuters Breakingviews, tout n’est pas forcément négatif : « Ce qu’on retient de Lisbonne, c’est qu’un tel raté représente davantage un rappel à la réalité sain plutôt qu’un accident grave ».

Les vraies estrellas (« stars ») de l’événement, selon le quotidien espagnol Última Hora, ont pour noms Sophia et Phil. Ce ne sont ni des innovateurs, ni des investisseurs ou des lanceurs d’alerte, mais bien des robots humanoïdes, véritables concentrés d’intelligence artificielle — et à l’allure pour le moins étrange. « On ne dirait pas une conférence tech... Ça ressemble plutôt à une réunion de famille ! », a déclaré Sophia.

L’édition du Web Summit de cette année a réuni plus de 1 000 intervenants et 75 000 visiteurs, un record. Le ratio homme/femme a également dépassé celui de l’année dernière avec 46,3% de participantes. Pour un événement dévoué aux objectifs et à la responsabilité, c’est une réussite !

Et pour la team ENGIE, le Web Summit, c'était : 



Abonnez-vous à la Newsletter ENGIE Innovation