Recherchez dans les actualités

La Blockchain comme levier de la transition énergétique, l’exemple de TEO - The Energy Origin

Energie décentralisée
11/10/2019

Si vous pensez Cryptomonnaies en entendant le mot blockchain, c’est que vous ne connaissez pas encore TEO - The Energy Origin ! Cette solution développée par une start up interne incubée par ENGIE s’appuie sur la technologie blockchain pour offrir une expérience nouvelle autour des énergies renouvelables en apportant transparence et traçabilité.

TEO vient de faire le buzz dans le milieu de la Blockchain en étant la première plateforme active sur l’Energy Webchain. L’occasion de faire le point avec Thierry Mathieu, cofondateur de TEO.


Grâce à TEO, est-il vraiment possible de connaître l’origine de l’électricité verte consommée ?  

Cela mérite une petite explication ! Ne serait-ce que parce qu’on ne peut pas taguer en vert les électrons. Commençons par rappeler quelques notions de bases.

Sur un réseau, on ne peut pas stocker de manière massive l’énergie, on doit équilibrer en permanence l’offre et la demande, ce qui est rendu plus difficile avec l’intermittence des énergies renouvelables

Pour apporter la preuve d’une consommation d’énergie verte, on rapproche la preuve d’injection d’une certaine quantité d’énergie et la preuve du soutirage de cette même quantité sur ce même réseau. Aujourd’hui, le système de garantie d’origine propose un rapprochement global entre ces deux preuves à la maille annuelle. Or sur une telle durée, cela revient à mettre en rapport une énergie produite en été et consommée au cœur de l’hiver. Ce qui n’a rien d’une réalité physique et peut s’apparenter à du « green washing ». La solution TEO représente un pas vers une consommation réelle d’énergie verte en prouvant, notarifiant et horodatant production et consommation à une maille quotidienne. 

Par exemple, pour notre client AirProduct, chaque jour, nous allouons à sa consommation une quantité d’énergie équivalente issue des différents sites de production renouvelable (hydro, éolien, solaire) en fonction des critères choisis et intégrés dans son contrat. Dans son cas, il a choisi en priorité l’énergie la plus locale, l’éolien puis l’hydraulique. 

Nous générons des certificats enregistrés dans la blockchain lui attribuant les parts de la production de tel ou tel actif, à la maille journalière. Notre ambition est d‘aller vers des certificats à la maille horaire, pour nous rapprocher de plus en plus du temps réel. 


Pourquoi la blockchain ? 

La blockchain est un réseau distribué qui correspond aux projections du monde de l’énergie distribué de demain.

C’est une technologie qui permet de manière peu coûteuse et simple d’enregistrer des preuves dans un système infalsifiable, d’offrir transparence et traçabilité en donnant accès à toute cette information. La brique de solution développée par TEO représente la capacité à prouver une consommation et une injection d’énergie renouvelable dans le réseau et à les certifier. Nous anticipons que cette technologie permettra à terme de réaliser des micro paiements sur des réseaux hyper locaux, d’intervenir sur l’autoconsommation ou la recharge de véhicules électriques.


Votre solution est-elle capable de comptabiliser tous types d’énergie ? 

Nous sommes capables de certifier toutes sortes d’énergies renouvelables, nous travaillons également sur le biogaz et sur l’hydrogène. Notre ambition est d’accélérer la transition énergétique avec plus de renouvelable et d’ouvrir la voie au zéro carbone.


Parlez-moi de l’Energy Web Foundation dont vous êtes les premiers à utiliser la blockchain

The Energy Web Foundation est une initiative portée par le Rocky Mountain Institute, lancée en 2017 avec l’ambition de créer une blockchain dédiée aux applications dans l’énergie. 

Le Rocky Mountain Institute est un Think tank américain, créé par Amory Lovins en 1982, avec une vision de précurseur sur la transition énergétique, qui défend l’anticipation nécessaire du zéro carbone. C est un organisme largement reconnu qui accompagne des gouvernements sur leur politique et leur transition énergétique. 

L’idée de créer une blockchain dédiée à l’énergie s’est concrétisée avec le pilote « Brooklyn microgrid », un projet de système électrique décentralisé communautaire à l’échelle d’un quartier et une première application de la technologie blockchain dans un autre domaine que celui des cryptomonnaies. 

Le Rocky Mountain Institute s’est associé avec une startup autrichienne, Grid Singularity, pour son savoir faire technique sur la blockchain, afin de rassembler un éco-système et créer une fondation avec des énergéticiens, des experts du monde de l’énergie et des startups. Aujourd’hui cet éco système, EWF, regroupe 150 membres et a pour but d’anticiper et de tester différents cas d’usage où la blockchain offre des solutions : transparence de la consommation d’énergie, certification, recharge de véhicules électriques, effacement... 

L’Energy Web Foundation a adapté la technologie Ethereum pour créer une Blockchain spécifique consommant moins d’énergie et adaptée au monde de l’énergie, qui permet d’enregistrer plus de transactions aux coûts transactionnels très faibles. Cette blockchain, l’Energy webchain est « live » depuis juin 2019 après 2 versions beta et nous sommes les premiers à y avoir basculé notre application.


Quel est pour vous l’intérêt d’adhérer à ce consortium et d’utiliser cette blockchain ? 

ENGIE fait partie des 10 premiers membres de l’Energy Web Foundation, aux côtés d’autres énergéticiens. Rejoindre cet écosystème nous permet de mutualiser les efforts pour construire un outil reconnu car utilisé par les principaux acteurs du secteur de l’énergie.

L’ambition autour de l’Energy Web Foundation est aussi d’unir nos forces afin d’être plus représentatifs et avoir plus de poids pour faire bouger les lignes.


En savoir plus sur TEO - The Energy Origin

Source : Christine Leroy


Abonnez-vous à la Newsletter ENGIE Innovation