INNOVONS ENSEMBLE Hamburger icon
Close icon
/
Déconnexion
Actus Voir toutes les news
Nouvelles énergies 21/02/2020

La pluie, nouvelle source d’énergie renouvelable ?

Il pleut ? Tant mieux pour ce nanogénérateur nouvelle génération ! Ce n’est un secret pour personne aujourd’hui : le soleil est la source viable d’énergie renouvelable par excellence. Mais quid de son antithèse, la pluie ? Une innovation venue tout droit de Hong Kong pourrait bien permettre de mettre à profit son potentiel.

Des chercheurs de l’université municipale de Hong Kong ont passé deux ans à perfectionner un modèle de générateur électrique utilisant la force des gouttes de pluie, à même de maximiser le captage d’énergie en cas de précipitations.

Ce nouveau DEG (« droplet-based electricity generator ») est capable de générer jusqu’à 140 volts d’électricité à partir d’une seule goutte — soit environ 100 microlitres d’eau (1 microlitre = un millionième de litre) — tombant d’une hauteur de 15 cm : suffisamment d'énergie pour faire briller momentanément 100 petites ampoules LED. 

Alors que la conversion des mouvements de l’eau (chutes d'eau, cours d'eau, courants marins) en énergie a fait d’immenses progrès, le potentiel énergétique de la pluie a jusqu’ici échappé aux scientifiques, notamment à cause de la difficulté de générer de l’électricité à haute intensité. Les précédentes tentatives se sont toutes basées sur l’effet triboélectrique, à savoir la récupération de la charge électrique émise par la mise en contact (et la séparation) de deux matériaux de nature différente.

Cette forme innovante de DEG est en mesure de fournir une densité énergétique instantanée mille fois plus importante que ses prédécesseurs ; un exploit que ce nanogénérateur doit en partie à son utilisation d’un transistor à effet de champ (TEC), composé d’une électrode en aluminium et d’une autre en oxyde d’indium-étain, et qui s’appuie sur un champ électrique pour contrôler la conductivité.

Les chercheurs de l’université de Hong Kong ont recouvert leur générateur de polytétrafluoroéthylène ( PTFE), un polymère doté d’une charge électrique quasi-permanente. Le PTFE est en outre hydrophobe : lorsqu’une goutte d’eau touche sa surface, cette dernière « relie » les électrodes, créant alors un circuit électrique fermé et libérant les charges électriques accumulées.

Bien que la recherche dans ce domaine n’en soit encore qu’à ses balbutiements, les scientifiques fondent beaucoup d’espoir sur cette invention, qui pourrait à terme venir équiper diverses surfaces où liquide et solide entrent naturellement en contact — qu’il s’agisse de la coque d’un ferry ou de la surface d’un parapluie, ou même de l’intérieur de bouteilles d’eau — afin de pouvoir enfin pleinement exploiter l’énergie cinétique à basse fréquence de l’eau.


Autres news du même thème

Hydrogène : où en est le carburant de demain ? Un tour du monde des projets H2
Nouvelles énergies | 19/03/2020

Hydrogène : où en est le carburant de demain ? Un tour du monde des projets H2

L’hydrogène, aujourd’hui, symbolise bien plus que le carburant du futur. Les nombreuses avancées réalisées en la matière ces dernières décennies ont d’ores et déjà permis l’intégration de cette solution énergétique révolutionnaire, à la fois dans notre quotidien et dans l’économie mondiale. 

Ça m'intéresse
Kite Power : des éoliennes aéroportées pour faire s’envoler la transition énergétique
Nouvelles énergies | 26/02/2020

Kite Power : des éoliennes aéroportées pour faire s’envoler la transition...

On ne compte plus les éoliennes traditionnelles, ces immenses moulins des temps modernes qui parsèment les crêtes des collines et flottent au large des côtes. Une fois installées, ces éoliennes peuvent fonctionner 24h sur 24, 7 jours sur 7, pendant des décennies et ce sans quasiment nécessiter d’intervention humaine. Mais est-il possible de produire encore davantage d’électricité grâce à la...

Ça m'intéresse
Solaire : comment faire fonctionner les cellules PV après le coucher du soleil ?
Nouvelles énergies | 21/02/2020

Solaire : comment faire fonctionner les cellules PV après le coucher du soleil...

Les panneaux solaires photovoltaïques pourraient-ils continuer à fonctionner la nuit ? Deux chercheurs basés en Californie disent qu’ils ont trouvé un moyen de garder un système d’énergie solaire actif 24 heures sur 24. Jeremy Munday, professeur au Département de génie électrique et informatique de l’Université de Californie, Davis et Tristan Deppe, étudiant diplômé de l’UC Davis, ont mis...

Ça m'intéresse

Abonnez-vous à la Newsletter ENGIE Innovation

Startups : proposez-nous vos solutions innovantes

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que ENGIE utilise des cookies destinés à enregistrer des informations relatives à votre navigation sur le Site. Ils contribuent à faciliter votre navigation et permettent de recueillir des statistiques de fréquentation afin d'améliorer la qualité du Site. Pour en savoir plus cliquez ici.
Consulter la politique des cookies

close icon