INNOVONS ENSEMBLE Hamburger icon
Close icon
/
Déconnexion
Actus Voir toutes les news
Smart city 03/02/2020

Woven City, Super Block & Technopolis : du Japon au Kenya, les Smart Cities toujours plus smart

Aux quatre coins du monde, la notion de  « smart city » s’enrichit tout autant qu’elle se précise. Qu’il s’agisse de « superblocks » sans voitures, ou au contraire d’une ville entièrement pensée par une entreprise automobile, il est clair que dans un futur proche, l’intégration de la technologie et des services en milieu urbain va franchir un cap. Nous avons retenu quelques projets de « smart cities » en particulier. 

JAPON : la Woven City

A elle seule, la nouvelle mérite que l’on s’y attarde : une ville conçue de A à Z par le géant automobile Toyota…! Baptisée « Woven City » (La Ville Entrelacée), le projet de Toyota vise à devenir un «laboratoire vivant», véritable « écosystème entièrement connecté » où de nouvelles solutions en termes de robotique, de mobilité individuelle, de domotique ou encore d’intelligence artificielle pourront être mises au point et testées. En évoluant dans cet environnement urbain, les 2 000 habitants de cette Woven City — familles, retraités et chercheurs de chez Toyota — produiront une quantité remarquable de données, prêtes à être analysées.


Avec une inauguration prévue en 2021, cette Woven City constituera un environnement prototype pour Toyota, au sein duquel le constructeur pourra tester ses véhicules autonomes, en veillant par exemple à ce que ses e-Palettes s’intègrent parfaitement dans la mobilité urbaine. Le fonctionnement de ces véhicules autonomes repose sur l’établissement d’un quadrillage de la ville selon trois types de voies : l’une réservée aux véhicules rapides ; la deuxième pour les véhicules plus lents, en particulier les solutions de mobilité individuelle comme les scooters ; la dernière, « verte », réservée aux piétons. Ces routes sont alors organisées de manière à ce que chacun puisse traverser la ville en empruntant uniquement des voies pédestres.

● La Woven City sera construite sur près de 70 hectares au pied du Mont Fuji à Susono, sur le site d’une ancienne usine Toyota. Elle a été conçue en partenariat avec Bjarke Ingles, un architecte danois connu pour son travail sur de nombreux projets prestigieux comme le Two World Trade Center et la Maison LEGO au Danemark.

● L’infrastructure sera régie par un système d’exploitation digital doté d’une IA capable de tester et de gérer la communication entre de nombreux capteurs à travers la ville. Les immeubles seront ainsi connectés à un système de livraison souterrain, permettant à des robots autonomes de livrer des objets chez soi sur demande.

● Le projet, avec ses immeubles en bois et en verre assemblés par des robots, tend à minimiser l’empreinte carbone de la ville pour s’inscrire dans une optique de développement durable. Végétation naturelle et hydroponie permettront par ailleurs aux espaces extérieurs de s’intégrer harmonieusement au maillage urbain. Enfin, des panneaux photovoltaïques sur les toits viendront alimenter cette Woven City en électricité ; la ville pourra également compter sur les piles à combustible à hydrogène de Toyota.


ESPAGNE : Des SuperBlocks sans voitures de Barcelone

Le programme expérimental de transformation de quartier dans la ville espagnole repose sur une organisation autour d’unités d’habitations baptisées « SuperBlocks ». Le but : réduire le niveau sonore et la pollution de l’air créés par les voitures, ces dernières occupant «  60% de l’espace public à travers la ville ».

Les Super Blocks, ces pâtés de maisons de 400 x 400 m, sont reliés entre eux et fermés à la circulation — à l’exception des véhicules prioritaires, des transports publics et des vélos. Les riverains disposent de parkings souterrains et la vitesse maximale autorisée est de 10 km/h.

● Les données des citoyens sont exploitées à la fois en tant que ressources publiques et individuelles, de sorte que la rétention de données privées ne s’effectue que dans un souci de bien public.

● La ville prévoit la construction d’un nombre croissant de super blocks, capables en outre de générer leur propre énergie de manière durable via la surface des routes ; ces unités urbaines mettent également l’accent mis sur la mise en place de technologies susceptibles de venir en aide à la population âgée.

ITALIE : Cagliari réinvente la mobilité

La capitale de l’île de Sardaigne en Italie se fait « smart » grâce à Svolta, un programme national de mobilité de télé-étude et de télétravail durable, financé par le Ministère de l’Environnement. Les objectifs sont les suivants : gain de temps, réduction de la circulation automobile, mais aussi réduction des coûts, de la pollution — et au final, diminution du stress pour tous.

● Ce projet vise à réorganiser les infrastructures de mobilité de la ville en construisant des voies de circulation réservées aux transports publics et aux vélos, en établissant des stations de co-voiturage et des bornes de vélos en libre service, en installant des parkings couverts pour vélos ainsi qu’une signalétique spécifique pour piétons et cyclistes.

● Des chercheurs recueilleront les données de circulation, et par le biais d’enquêtes et de questionnaires, s’appliqueront à analyser les habitudes des riverains en termes de mobilité.

● Les données seront alors utilisées pour étendre la diffusion du programme à toute la ville ; l’idée étant de promouvoir un mode de vie raisonné et durable en encourageant les résidents à marcher, à utiliser leur vélo et les transports publics pour leurs déplacements quotidiens plutôt que leur voiture.

KENYA : Bienvenue à la Technopolis de Konza

Le sommet France-Afrique de 2020 à Bordeaux sera l’occasion de présenter la Technopolis Konza, un projet de smart city à 65 km au sud de la capitale kényane, Nairobi. Konza se donne pour but d’apporter des solutions aux pressions croissantes que posent les impératifs de durabilité et de mobilité à Nairobi et ses quelque 8 millions d’habitants…  (à noter qu’avec un taux de croissance annuel de près du double de la moyenne mondiale, la population urbaine du continent devrait atteindre le milliard d’ici 2040) 


● L’infrastructure connectée de cette Technopolis, composée de capteurs présents dans toute la ville, comprendra des passages piétons à même d’analyser les déplacements de piétons et de véhicules, ajustant en conséquence les feux de circulations pour une optimisation des flux de trafics ; des matatus (bus locaux) intelligents seront en outre capables de déterminer les itinéraires les plus judicieux en fonction des conditions de circulation et de la localisation des usagers.

● Les citoyens de Konza pourront accéder directement aux données collectées, qu’il s’agisse de plans de circulation, d’avertissements d’urgence, ou encore d’informations détaillées sur la consommation d’eau et d’énergie. 

● La Technopolis nourrit également l’ambition de devenir un nouveau centre culturel ainsi qu’une capitale administrative pour le gouvernement, par le biais d’un nouveau parlement plus efficace, moderne et écologique, de lieux de cultes et d’hôpitaux. 


L’OEIL D’ENGIE Avec ses partenaires, comme la Poste par exemple, ENGIE est très impliquée dans la mise en place d’un des projets les plus innovants de smart city en France, à Angers. La plateforme Livin d’ENGIE connecte les infrastructures existantes, permettant à la ville d’obtenir une vision globale de ses services et d’ainsi répondre plus efficacement à des problématiques multi-factorielles. 
Source : Worldcrunch

Autres news du même thème

Abonnez-vous à la Newsletter ENGIE Innovation

Startups : proposez-nous vos solutions innovantes

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que ENGIE utilise des cookies destinés à enregistrer des informations relatives à votre navigation sur le Site. Ils contribuent à faciliter votre navigation et permettent de recueillir des statistiques de fréquentation afin d'améliorer la qualité du Site. Pour en savoir plus cliquez ici.
Consulter la politique des cookies

close icon