Recherchez dans les actualités

Pour une ville intelligente réellement au service de ses habitants

Territoires
23/12/2019

Ce n’est pas qu’une histoire de réverbères connectés : les villes intelligentes ont pour but de connecter les individus, les servir. La mise en place de l’Internet des Objets, l’Intelligence Artificielle, le Big Data et autres outils numériques de pointe ne devrait jamais être considérée comme une fin en soi pour les villes, mais plutôt comme autant d’instruments capables d’améliorer les services publics et les infrastructures urbaines.


Pour y parvenir, il faut se concentrer sur ceux qui y vivent et y travaillent, ce qui implique également de prendre compte l’impact environnemental. Partout dans le monde, des villes s’appliquent à identifier les problèmes et à y apporter des solutions novatrices. Voici quatre exemples d’approches soucieuses de remettre l’être humain au centre des préoccupations.


Barcelone se démarque par ses progrès remarquables dans l'amélioration de la qualité de l'air (et de la qualité de vie de ses habitants), sans avoir besoin de recourir à l'Internet des Objets.       

 

La municipalité catalane a créé des « supermanzanas », transformant d'anciennes routes et intersections en rues semi-piétonnes et en espaces publics avec des aires de jeux, des arbres et des bancs.

A partir du 1er janvier 2020, Barcelone met en place une « zone à faibles émissions » interdites à tous les véhicules diesel datant d'avant 2006 et aux véhicules à gaz d'avant 2000.

La ville envisage un système de voitures partagées, munies de sièges pour enfants, à même d’encourager les voisins à faire du covoiturage. 


Cette année, l'IMD Smart Cities Index a élu Singapour « Ville la plus intelligente du monde ». Mais Singapour ne doit pas uniquement ce titre à ses innovations disruptives : le classement valorise également des catégories telles que la santé et la mobilité.  


Le programme communautaire Healthcity Novena considère les politiques de planification urbaine comme autant d’outils de médecine préventive : trottoirs plus sûrs, pollution minimisée grâce au stationnement souterrain, etc. 

Prochainement, le programme « Walk Cycle Ride » de la ville intégrera la marche et le vélo à l'utilisation des trains et des bus dans les trajets quotidiens. Cette initiative vise à contribuer à la réduction des émissions, à promouvoir un mode de vie dynamique ainsi qu’à favoriser des espaces publics centrés sur les habitants — sans pour autant compromettre l'activité des commerces.

Pour les Singapouriens, les logements sociaux ne sont pas seulement un droit : ils sont au cœur d’une expérimentation sur le long terme visant à améliorer la qualité de vie, la durabilité et la croissance de la communauté. 


« Smart City » avant l’heure, cela fait plus de trente ans que Medellin met sa planification urbaine au service de ses citoyens :

Au début des années 2000, des lignes de télécabines ont été créées pour faciliter l’accès à la ville pour les habitants des hauteurs environnantes. Des escaliers mécaniques extérieurs ont également été ajoutés afin de faciliter la mobilité. 

Pour lutter contre la pauvreté et la violence, la ville a investi à la fois dans l'éducation et dans les espaces publics verts. Le parc de la Biblioteca España est d’ailleurs devenu une attraction touristique majeure.     

L'accès restreint au WiFi dans les hauteurs de la ville est un frein considérable au développement numérique ; Medellin a donc installé 150 zones WiFi gratuites et mis à disposition 500 ordinateurs gratuits. La ville a par la suite sponsorisé des programmes en ligne destinés à informer les femmes enceintes et leur permettre de prendre des rendez-vous médicaux.



Et pour ENGIE ?


Horizon janvier 2020, la ville d’Angers s'engage à devenir une figure de proue des villes véritablement intelligentes de France. La municipalité s'appuiera sur les technologies les plus récentes d'ENGIE pour offrir à ses résidents une ville plus verte et plus efficace.  

       

En utilisant la plateforme d'administration urbaine intelligente Livin', développée par ENGIE, Angers sera à la fois en mesure d’améliorer la gestion des infrastructures existantes et de simuler différentes solutions aux divers défis urbains.

La ville espère économiser 66 % de l'énergie utilisée pour l'éclairage public d'ici 2025 et réduire de 20 % la consommation énergétique des bâtiments.  

Les nouvelles technologies comprennent des réverbères à détection de mouvement qui s'allument au passage des voitures et des piétons, ainsi que des capteurs d'eau qui permettront une meilleure gestion des déchets et des installations sanitaires.  

Les économies réalisées grâce à l'optimisation des services publics et à la réduction des dépenses énergétiques permettront la création d’un fonds destiné à être réinvesti dans la collectivité.



Abonnez-vous à la Newsletter ENGIE Innovation