Recherchez dans les actualités

Wintual : Des fenêtres virtuelles pour ouvrir les locaux aveugles sur le monde

Bâtiments connectés
17/04/2018

Jeune startup provençale, Wintual crée des fenêtres virtuelles pour améliorer les conditions de vie ou de travail dans des locaux aveugles. 

Wintual sera présent à Viva Technology sur le Lab ENGIE du 24 au 26 mai 2018 et Jean-Loup Barrere, son PDG nous la présente.

Wintual est une jeune startup créée fin 2016 qui commercialise la première fenêtre virtuelle: il s’agit d’un dispositif destiné aux locaux aveugles pour aider les gens qui sont amenés à travailler à plein temps dans ce type de locaux. En pratique, un écran vidéo inséré dans un cadre de fenêtre équipé de capteurs va afficher une vidéo filmée en direct à l’extérieur. L’écran s’adapte à la position de la personne qui se trouve devant l’écran et reproduit le comportement d’une fenêtre « réelle » : si vous déplacez vers la gauche, vous allez voir apparaître le paysage qui se trouve à droite. 

Nous créons des fenêtres dans des endroits où il n’y en a pas pour reconnecter les gens avec l’extérieur, leur permettre de conserver leurs repères temporels, voir le temps qu’il fait, et diminuer le stress et l’impression de confinement que provoquent les locaux aveugles.
Nous avons poussé le concept un peu plus loin ! Dans un premier temps nous proposons de connecter la fenêtre sur une caméra locale située sur le bâtiment, mais on peut aussi la connecter sur une webcam distante ce qui permet alors à l’utilisateur de choisir le lieu de son choix, et par exemple, voir le vieux Port de Marseille à partir de son sous-sol à Paris… et profiter du beau temps ;)

Cette fenêtre virtuelle a d’autres cas d’applications, par exemple connecter des équipes qui travaillent à distance sur un projet commun, comme si les locaux se trouvaient à coté l’un de l’autre, et permettre aux équipes de se voir travailler et donc d’améliorer la communication et les synergies.

Nous intéressons aussi beaucoup le monde médical, qu’il s’agisse des salles d’attente chez les médecins, ou des hôpitaux qui recèlent beaucoup de zones aveugles. Citons également  les bateaux de croisière dont la moitié des cabines est aveugle. Nos fenêtres virtuelles peuvent aussi être utilisées pour créer des ambiances dans des magasins à thème, des spas, ou simplement servir d’écran de télévision ou afficher des œuvres d’art.

Au total, ça représente beaucoup de marchés potentiels, mais nous avons décidé de commencer par les entreprises car c’est un segment à la fois important en taille et relativement facile d’accès. Actuellement nous sommes en phase de POC et parmi nos premiers clients, il y a des banques.

En effet, beaucoup d’agences bancaires, situées en centre-ville ou dans des locaux anciens disposent de peu de mètres linéaires en façade et de ce fait, les conseillers financiers travaillent dans des bureaux aveugles, avec les retombées en termes de qualité de vie au travail que l’on imagine, et même un impact vis-à-vis des clients. Les banques cherchent donc des solutions pour ouvrir les arrières salles de leurs agences  et améliorer le confort de leurs salariés.
Nous avons décidé de ne pas aborder le marché des particuliers dans l’immédiat pour des raisons stratégiques, car c’est un marché qui demande une structure et une assise financière que nous n’avons pas encore. Mais dans notre roadmap, nous avons prévu de nous lancer sur ce marché l’année prochaine.
 

Comment vous est venue l’idée de cette fenêtre virtuelle ? 

Cette idée est née d’une expérience personnelle. J’ai habité une vingtaine d’années dans une maison dont la salle de bains était dotée d’une grande fenêtre. J’ai dû déménager, et dans ma nouvelle maison, la salle de bains est aveugle:  j’en ai ressenti une vraie frustration. J'ai eu l’idée d’installer une caméra sur le toit de la maison et d’afficher la vidéo dans la salle de bain, pour me reconnecter à l’extérieur et voir le temps qu’il fait le matin quand je me lève.
Après avoir creusé l’idée, je me suis rendu compte que beaucoup d’autres personnes avait le même problème. Nous avons tous été amenés à passer une journée dans une salle de réunion aveugle et c’est une expérience que peu de gens apprécient. Nous avons donc décidé de nous lancer, et avec mon associée nous avons démarré le projet il y a un peu plus de 2 ans.
 

Et donc à Vivatech, vous allez installer une fenêtre et nous montrer l’extérieur ?

Oui, après une première expérience l’an dernier avec un produit encore en phase de développement, nous voulions y retourner cette année avec une vraie fenêtre pour que les visiteurs puissent réellement profiter de l’expérience utilisateur.
Nous étions au CES à Las Vegas en janvier dernier où nous avons fait carton plein en termes d’affluence ! Notre produit est très ludique, il suffit de le regarder pour que l’interaction se produise et que les visiteurs aient envie de jouer avec. De plus c’est un produit innovant, qui n’existait pas jusqu’à présent, et qui attire l’attention.

Pour les salons, les connexions internet étant souvent insuffisantes, nous utilisons des vidéos enregistrées: nous pourrons montrer le vieux port de Marseille, la côte californienne ou des lacs de montagne !

Qu’attendez-vous de votre participation à Vivatech ?

Par le biais des appels à projets lancés par ENGIE, nous avons perçu l’image d’une entreprise qui se préoccupe du bien-être au travail ou dans les hôpitaux, ce qui correspond exactement à notre cible. C’est donc très cohérent que nous soyons sur votre stand !

Nous espérons également : 

  • Augmenter notre visibilité et mieux nous faire connaître en communiquant le plus largement possible et en montrant notre produit. 
  • Nous sommes en phase de POC, et avons lancé la commercialisation du produit en début d’année, nous cherchons dons des clients.
  • Nous espérons faire une levée de fonds en fin d’année et c’est une bonne occasion de rencontrer des investisseurs.

 
Et enfin,  pour vous l’avenir sera … ?

Dans l’avenir les locaux aveugles seront connectés sur le monde grâce aux fenêtres virtuelles. 


En savoir plus sur Wintual

Source : Christine Leroy