INNOVONS ENSEMBLE Hamburger icon
Close icon
/
Déconnexion

Mes notifications

Actus Voir toutes les news
Mobilité durable 23/01/2020

Innovation en Inde : E-Rickshaws, feux de circulation intelligents, tracteurs 2.0

L’Inde est un pays de contrastes, à la diversité régionale remarquable. C’est un territoire qui peut se vanter d’un véritable esprit d’entreprise et d’un savoir-faire incomparable en terme d’innovation technologiques. Une chose est sûre, le pays joue dans la cour des grands : 5ème puissance économique, l’Inde devrait passer au deuxième rang d’ici 2030, à en croire les prévisions de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international ; sa population devrait en outre dépasser celle de la Chine dans les années à venir.


Les enjeux en matière de transition énergétique sont considérables en Inde : c’est l’avenir d’un milliard de citoyens qui s’y joue (et par extension, celui de la planète entière) alors que le pays continue à miser sur le charbon comme principale source d’énergie.

La bonne nouvelle, c’est que l’Inde a pris les devants en matière d’énergie renouvelable. Le pays s’est fixé comme objectif ambitieux de produire 175 GW d’énergie renouvelable.


L’Inde a déjà atteint les 80 GW et fournit chaque année 10 GW supplémentaires, devenant ainsi l’un des rares pays en avance sur deux de ses engagements climatiques à l’horizon 2030, dans le cadre de l’Accord de Paris en 2015 :


37% de la capacité d'énergie électrique installée en Inde provient de l’énergie renouvelable


1)     Objectif d’au moins 40% de capacité d'énergie électrique installée à partir d’énergies non-fossiles ;

2) Réduction conditionnelle d’intensité d’émissions (GES par unité de PIB) de 33 à 35% (par rapport à 2005) ;

3) Augmentation du puits de carbone de 2,5 à 3 milliards de tonnes de CO2.

Comment l’Inde est-elle parvenue à ralentir ses émissions de CO2 dans un contexte si compliqué ?

Les experts soulignent que, globalement, les investissement dans le renouvelable ont augmenté de manière considérable. En parallèle, un écosystème dynamique encourage les startups à innover pour devenir plus durables tout en répondant à la réalité économique, démographique et géographique du pays. Voici comment l’Inde compte s’y prendre pour respecter ses engagements énergétiques. 

La révolution du rickshaw électrique

Les transports sont au coeur du débat climatique, les véhicules qui circulent dans les pays du G20 étant responsables à hauteur de 20% des émissions de gaz à effet de serre. Mais les types de locomotion varient d’un pays à l’autre : en Inde, le rickshaw, (que l’on peut rapprocher du « pousse-pousse ») est depuis longtemps un moyen de transport de choix. Ce véhicule, à deux ou trois roues, sans portes, léger, était autrefois à propulsion humaine, avant l’apparition des modèles diesel et essence. Mais, depuis quelques années, le rickshaw fait lui aussi son « e-révolution » au point de constituer aujourd’hui le deuxième plus grand parc de véhicules électriques au monde.


En 2018, on comptait 1,5 millions de rickshaws rechargeables sur les routes, avec quelque 11 000 nouvelles unités par mois ; 

En 2018, Mahindra Treo est devenu le premier véhicule 100% électrique à être lancé en Inde ;

Piaggio y a dévoilé la première version entièrement électrique de son célèbre « Ape », en décembre



Contrairement à d’autres pays qui préfèrent se concentrer sur l’amélioration de la recharge rapide — trop onéreuse pour beaucoup de rickshaws — l’Inde entend développer un système de remplacement de batterie pour aider les propriétaires de ces véhicules légers à économiser du temps et de l’argent (la batterie se remplace en moins d’une minute). 


 « [L’Inde] nourrit l’ambition claire de se tourner vers un système électrique moins polluant et plus accessible, et cette ambition attire des capitaux mondiaux sains ».  — Tim Buckley, Directeur des études sur le financement énergétique à l’Institut de l’économie énergétique et de l’analyse financière.


Des feux « verts » ? La smart mobilité dans les mégalopoles

Sur les routes de la plus grande métropole indienne, la multitude de conducteurs participe non seulement à la pollution de l’air mais provoque également des embouteillages monstres. Pour améliorer la mobilité à New Delhi, Global Shapers propose de s’attaque à la signalisation par le biais de ses Smart Traffic Lights, un système de feux de circulation intelligents dernier cri.

Ces Smart Traffic Lights reposent sur un système de signalisation centralisé.

●      A l’aide de la vidéosurveillance, ces feux de signalisation intelligents recueillent des données via un monitoring en         continu et l’analyse d’images avant d’envoyer une réponse au minuteur du feu de circulation.

Ce système, intégré avec succès à Coimbatore a également été mis en application à Bangalore, remplaçant progressivement les 388 feux de circulation de la ville par leurs équivalents intelligents.

Un projet similaire a vu le jour à Mysore et se concentre sur la planification en temps réel des bus grâce à un          système de suivi en direct.

Le bonheur est dans le champ

La pollution de l’air n’est pas uniquement une problématique urbaine : en novembre de chaque année, près de 50% de la pollution de l’air dans l’état de Delhi est imputable aux agriculteurs qui brûlent leurs parcelles de terre, dans les zones rurales avoisinant la mégalopole, pour préparer le sol aux prochaines cultures. Pour lutter contre cette méthode sans impacter le secteur économique, une nouvelle génération de tracteurs voit le jour.

Le tracteur Happy Seeder (« Joyeux Semeur », en français) est capable de raser les anciens plants, les extraire du sol et planter de nouveaux semis. Le résidu de l’ancienne culture est répandu au-dessus de la nouvelle culture comme mulch ou paillis. 

Happy Seeder est 10% à 20% plus rentable que la culture sur brûlis et promet de réduire les émissions de gaz à effet de serre de plus de 78%.

Le projet, en partie subventionné par le gouvernement indien en 2018, repose sur un système de location afin de ne pas contraindre les petits agriculteurs à un trop gros investissement.

ENGIE en Inde

Les activités d’ENGIE en Inde représentent près de 1 200 MW, dont 800 MW de fermes solaires à grande échelle et 480 MW de parcs éoliens. ENGIE participe régulièrement aux appels d’offre émis par le gouvernement central pour alimenter les réseaux qui traversent le pays en électricité. ENGIE développe également ses activités de solution client via, en premier lieu, la gestion technique des équipements. L’entreprise s’est récemment porté acquéreur des réseaux Simpa — la plus grande entreprise indienne de solutions solaires domestiques décentralisées — et reste attachée à étendre l’accès aux solutions énergétiques de pointe à tous, avec en particulier en ligne de mire les problématiques de cuisson propre.



Source : Worldcrunch

Autres news du même thème

Abonnez-vous à la Newsletter ENGIE Innovation

Startups : proposez-nous vos solutions innovantes

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que ENGIE utilise des cookies destinés à enregistrer des informations relatives à votre navigation sur le Site. Ils contribuent à faciliter votre navigation et permettent de recueillir des statistiques de fréquentation afin d'améliorer la qualité du Site. Pour en savoir plus cliquez ici.
Consulter la politique des cookies

close icon