/
Inscription

Mes notifications

Actus Voir toutes les news
Témoignage 16/02/2021

"L’énergie et le changement climatique sont l’affaire de tous"

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes le 8 mars, nous lançons une série de portraits consacrés à des femmes qui travaillent dans un univers Tech chez ENGIE. 

Je pense que ce n'est qu'une question de temps avant que la politique ne rattrape la science pour favoriser des solutions énergétiques économiques et plus durables.

Nous avons besoin de plus de femmes en science et technologie

Olga Kavvada - Senior Research Engineer

Ces femmes travaillent sur différents sujets d’étude, différents domaines, différentes entités, mais avec un fil commun : la tech ou la recherche, un univers traditionnellement plutôt associé aux hommes. 

La première héroïne de notre série de portraits est Olga Kavvada, Senior Research Engineer, CSAI - ENGIE Lab for Computer Science and Artificial Intelligence.

Olga, peux-tu nous parler de ton parcours professionnel ?

Olga.K- Je viens de Grèce et j’y ai commencé des études d’ingénieur. Après avoir travaillé comme ingénieur quelques années, j’ai souhaité continuer mes études à l’UC Berkeley (USA) où j’ai obtenu un doctorat en ingénierie civile et environnementale. 
J’étais intéressée par les projets portant sur l’énergie et le changement climatique et sur la façon dont l'ingénierie peut contribuer à améliorer ces secteurs. J’ai ensuite fait un post-doctorat au Lawrence Berkeley National Lab. Au cours de mes études, je me suis concentrée sur la façon de rendre plus durables les projets d'ingénierie et sur la façon dont l’utilisation des données peut aider les scientifiques à résoudre certains de ces problèmes et à faciliter la prise de décision et l'élaboration des politiques.
A mon retour en Europe, ENGIE m'a semblé être un bon choix et j’y ai commencé ma carrière il y a un an.

Pourquoi avoir choisi le secteur de l’énergie ?

Olga.K- La transition vers le secteur de l’énergie s’est faite de façon très fluide, compte tenu de mes études et de mes intérêts. J'ai beaucoup appris sur les problèmes du secteur de l'énergie et sur la manière dont nous pouvons les combiner avec l'impact du changement climatique. Au cours des 10 dernières années, le changement climatique est devenu un problème central et cela m’a vraiment poussé à travailler sur la création d'outils qui, espérons-le, atténueront le changement climatique.

Etre une femme dans ce secteur, est-ce plutôt un atout ou un handicap ? 

Olga.K- C’est une excellente question ! Pour moi c’est une histoire de point de vue. En tant que femme, si vous considérez cela comme un handicap, cela va être un handicap, mais si vous décidez de le considérer comme un atout, ça peut le devenir. Si vous avez confiance en vos connaissances et votre expertise, vous êtes au moins à égalité avec vos collègues masculins et c’est un atout. Bien sûr, il s'agit d'un domaine considéré comme masculin, avec beaucoup plus d'hommes en particulier dans l’informatique. Mais c’est aussi pour une femme l’opportunité de faire valoir un autre point de vue.
Je comprends comment cela peut être vu comme un handicap. Statistiquement, les femmes n'atteignent pas le top niveau dans leur profession et  ont besoin de se sentir réellement expertes avant d'être assez confiantes pour exprimer leurs opinions et assumer des rôles de leadership. Si vous vous conformez à ce stéréotype, vous ne ferez pas entendre votre voix autant que vos homologues masculins et n'obtiendrez pas les mêmes opportunités. Je veux briser ce stéréotype et c'est pourquoi j'essaie toujours de me sentir et de me comporter comme égale à tout le monde. 
En tant que femmes dans la technologie, nous devons avoir confiance en nos capacités, faire de notre mieux pour y voir un atout, nous montrer et exprimer nos connaissances et nos opinions et ne pas avoir peur de saisir les opportunités de leadership.

 Comment imagines-tu le futur de l’énergie ? 

Olga.K- Nous avons fait beaucoup de progrès ces dernières années dans la prise en compte des impacts climatiques, dans notre façon d’utiliser l'énergie et la façon dont nous pouvons l'améliorer. Je suis optimiste quant à l'avenir. Le débat est lancé, les scientifiques se sont exprimés, ont énuméré les défis auxquels nous sommes confrontés et proposé des solutions. Je pense que ce n'est qu'une question de temps avant que la politique ne rattrape la science pour favoriser des solutions énergétiques économiques et plus durables. Je suis optimiste sur le fait que le monde de demain sera plus durable. Nous nous battons tous pour rendre les solutions durables économiquement réalisables et attractives afin que toujours plus de pays puissent les adopter

Penses-tu que les femmes ont un rôle spécifique à jouer dans la course vers la neutralité carbone ?

Olga.K- Cette question ne me plait pas ! Homme ou femme, nous avons tous un rôle à jouer. Je ne pense pas qu’aucune des qualités spécifiques au genre  se traduise  par un impact sur la neutralité carbone. Nous devrions tous lutter pour la neutralité carbone en tant que femme ou homme.
Nous devons viser davantage à réfléchir à l’impact de nos choix et de nos actions que ce soit dans notre vie personnelle ou nos carrières professionnelles. Il s'agit de choses simples comme ne pas laisser un radiateur allumé toute la journée quand vous n’êtes pas là, éteindre les lumières lorsque vous quittez la pièce ou aller travailler à vélo dès que possible, ce qui est mon action concrète préférée. 

Y a-t-il un projet professionnel dont tu es particulièrement fière 

Olga.K- Oui. Pendant mon doctorat à l'UC Berkeley, j'ai travaillé sur un projet qui portait sur la meilleure façon de réutiliser l'eau dans les villes. La Californie a connu beaucoup de sécheresses et de saisons sèches au fil des ans, et même une énorme pénurie d'eau il y a quelques années. C'est un problème récurrent. 
Dans ce projet, nous avons travaillé à l'identification de solutions permettant aux ménages, aux petites communautés ou aux grandes villes de réutiliser l'eau. Par exemple, lorsque vous vous lavez les mains, vous pouvez collecter cette eau et l’utiliser pour arroser vos plantes. De cette façon, vous n'avez pas à utiliser de l'eau « propre » pour des choses où il n'est pas important d'avoir l'eau la plus propre et la plus pure. Aujourd’hui, la chasse d’eau de vos toilettes utilise de l'eau que vous pourriez boire. Pour moi, c'est fou !
J'ai beaucoup apprécié ce projet qui était également lié à l'énergie car nous prenions en compte l'énergie requise par ces systèmes pour traiter l'eau avant réutilisation et leur empreinte carbone.
Bien sûr, économiser de l'eau était l'idée principale, mais nous voulions également évaluer les impacts énergétiques et environnementaux des solutions proposées et identifier les principaux critères de conception qui rendraient les systèmes de réutilisation de l'eau plus économes en énergie que les systèmes conventionnels. C'était une sorte d'idée d'ensemble où nous avons pris pour exemple San Francisco.

As-tu un message pour les autres femmes ?

Olga.K- Mon message aux femmes est de ne pas sous-estimer leurs capacités, de croire en elles-mêmes et d'exprimer leurs opinions parce que leurs voix comptent. Nous avons un point de vue différent, et il est important qu’il soit entendu. Idéalement, le genre ne devrait pas avoir d'importance dans le contexte professionnel. Cependant, la façons dont nous percevons les choses, nos expériences antérieures, tout autant que la façon dont nous sommes élevés, génère une attitude différente qui peut être précieuse dans le monde professionnel. Les voix des femmes sont importantes et doivent être entendues.
Je dirais également que les femmes peuvent faire tout ce qu'elles veulent et qu'elles ne devraient pas se sentir menacées ou effrayées, que ce soit lorsqu'elles entrent dans une pièce remplie d'hommes ou quand elles doivent assumer des responsabilités et du leadership. Elles doivent se sentir à l'aise et j'encourage chacune à donner son avis et à défendre ce qu'elle sait.
Et bien sûr, nous avons besoin de plus de femmes en science et technologie, alors venez nous rejoindre!



Dessin : Marie Désert ©ADAGAP, Paris 2021

Autres news du même thème

Abonnez-vous à la Newsletter ENGIE Innovation

Loading...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que ENGIE utilise des cookies destinés à enregistrer des informations relatives à votre navigation sur le Site. Ils contribuent à faciliter votre navigation et permettent de recueillir des statistiques de fréquentation afin d'améliorer la qualité du Site. Pour en savoir plus cliquez ici.
Consulter la politique des cookies

close icon